ufc-que choisir met en demeure les réseaux sociaux de se conformer à la loi française
ufc-que choisir met en demeure les réseaux sociaux de se conformer à la loi française © reuters

Mise en scène, censure, mensonges. Des classique de la théorie du complot, relayées par les réseaux sociaux, pour remettre en cause la version officielle des événements..

Comme lors du 11 septembre, dès le lendemain de l’attentat, diverses théories n’ont pas tardé à fuser, sur des sites de la mouvance complotiste.

Le policier ne serait en fait pas mort, ou pas par balles

Le policier abattu lors de l’attaque à Charlie Hebdo, Ahmed Merabet, ne serait en fait pas mort. A l'appui de cette affirmation : une vidéo dans laquelle on ne voit prétendument pas de sang au moment du tir.

Autre rumeur : Ahmed Merabet serait en fait décédé d'une crise cardiaque et pas des balles de l'un des frères Kouachi, car, disent-ils, "un musulman n'en aurait pas tué un autre".

Les rétroviseurs ne sont pas les mêmes

Les rétroviseurs de la voiture utilisée par les frères Kouachi apparaîtraient être de couleurs différentes sur deux captures d’écrans du véhicule diffusées sur des chaînes d’information en continu, ce qui serait la preuve d'un montage

Les rétroviseurs de la Citroën sont en fait chromés, d'où l'impression que leur couleur change selon la luminosité et la prise de vue.

La carte d'identité, le détail de trop

La carte d’identité laissée par Saïd Kouachi dans le véhicule serait un coup monté. Une affirmation soutenue par une idée simple : personne n’est assez bête pour amener sa carte d’identité dans un attentat. Un amateurisme qui surprend, quand dans un premier temps les deux hommes ont été présentés comme des professionnels.

D'autres éléments, comme par exemple la mauvaise adresse à laquelle ils se sont présentés, révèlent pourtant un certain amateurisme des frères Kouachi.

Les gilets pare-balles

Les journalistes de l’agence de presse en face de Charlie Hebdo portent des gilets pare-balles, quelques minutes après le début des coups de feux. L’interprétation proposée par les théoriciens du complot : ils avaient dû être mis au courant de l’attaque. Or, il n'est pas rare qu'une rédaction possède des gilets pare-balles. La rédaction de 20 minutes l'a expliqué, photo à l'appui.

Les frères Kouachi morts avant l'attaque

Vu aussi sur les réseaux sociaux : les deux terroristes étaient déjà morts avant l’assaut contre Charlie Hebdo, et la traque de deux jours était montée de toute pièce, un prétexte pour laisser à leurs corps le temps de décongeler.

Les plus jeunes sensibles à ces rumeurs

Ces rumeurs et interprétations fantaisistes, diffusées sur les réseaux sociaux, facebook et twitter notamment, sont présentées comme des informations, sans mise en contexte. Sur twitter les hashtag #CharlieHebdo et #falseflag , ou opération sous fausse bannière, qui désigne un coup monté visant un bouc émissaire, sont montés en force.

Des messages sèment surtout le trouble chez les jeunes, en encourageant la défiance envers les sources officielles et médiatiques.

Une jeune fille, au micro de Sandy Dauphin

On n'a aucune preuve de qui a fait l'attentat.

La ministre de l’Education nationale, Najat Vallaud-Belkacem, a évoqué la sensibilité des adolescents aux discours complotistes , sur RTL, jeudi matin.

Un jeune sur cinq croit à la théorie du complot.

Sur le web, certains sites se chargent aussi de démonter ces théories, comme hoaxbuster. Guillaume Brossard, fondateur de Hoaxbuster, raconte qu'il a reçu 10 fois plus d'alertes que d'habitude depuis les attentats et les prises d'otage.

Guillaume Brossard, au micro de Sandy Dauphin

On peut trouver à peu près tout et n'importe quoi.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.