Un an après les attentats du 13 novembre, une série de cérémonies d'hommage a lieu ce dimanche dans les lieux frappés par les attaques.

Une plaque portant les noms des victimes a été dévoilée devant le Bataclan
Une plaque portant les noms des victimes a été dévoilée devant le Bataclan © AFP / Christophe Petit Tesson / POOL

C'était il y a un an, jour pour jour. D'abord au Stade de France, puis aux terrasses des bars des Xe et XIe arrondissements, et enfin au Bataclan, les attaques terroristes revendiquées par le groupe Etat Islamique faisaient 130 morts. Pour la première commémoration annuelle de ce drame, les autorités ont choisi une série de cérémonies simples et sobres.

"Il y a un vrai souhait de sobriété. C'est le moment des victimes, l'Etat doit les soutenir" (Juliette Méadel, secrétaire d'Etat à l'aide aux victimes)

Plaques commémoratives

Tout au long de la matinée, François Hollande, le maire de Saint-Denis, Didier Paillard, et la maire de Paris Anne Hidalgo se sont rendus dans chacun des lieux touchés par les attaques : le Stade de France, les bars le Carillon, le Petit Cambodge, la Bonne Bière, le Comptoir Voltaire et la Belle Equipe, et enfin le Bataclan.

Une plaque commémorative en hommage "aux vies fauchées en ces lieux" sera dévoilée dans chacun de ces endroits, portant le nom des victimes dont les familles ont donné leur accord.

Des victimes et des survivants, dont plusieurs membres du groupe Eagles of Death Metal assisteront à la cérémonie devant le Bataclan, qui restera fermé dimanche, après sa réouverture samedi avec un concert de Sting. A 12h30, un rassemblement aura lieu devant la mairie du XIe arrondissement, ainsi qu'un lâcher de ballons.

Une bougie à la fenêtre

Dans l'après-midi, les victimes participeront à à une table ronde "dans un lieu un peu plus intime". Puis à 18h30 le cardinal Vingt-Trois présidera une messe à Notre-Dame, et en soirée des lanternes seront déposées au bord du Canal Saint-Martin. L'association de victimes "13 novembre : fraternité et vérité" a appelé les Français a mettre une bougie allumée à leur fenêtre.

"C'était important que ce ne soit pas politico-politique. Pour les victimes, c'est leur jour de deuil, de rassemblement" (Caroline Langlade, de Life for Paris)

Dès vendredi soir, une première commémoration a eu lieu, lors du match de qualification pour le mondial 2018 France-Suède, au Stade de France : avant le début de la rencontre une minute de silence a été observée.

EN DIRECT ► Suivez les cérémonies d'hommage en images grâce à nos reporters sur place

POUR EN SAVOIR PLUS

Attentats : l'évolution de la menace terroriste
Contre la propagande djihadiste, la méthode d'Europol
Le groupe Etat islamique fabrique de faux papiers, comment les détecter
La mise en place du fichier central des passagers du transport aérien prend du retard
13 novembre : ce qui a changé pour les secouristes
Les archives de Paris conservent et partagent la mémoire du 13 novembre
VIDÉOS - Avec Sting, la musique reprend ses droits au Bataclan
Le père d'une victime : "Je paie encore le téléphone de ma fille pour entendre sa voix"

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.