Un burger congelé, une conserve de lentilles avec des saucisses, des yaourts confectionnés en France ou à l'étranger porteront obligatoirement cet étiquetage.

Au-delà de certains seuils, les plats cuisinés devront obligatoirement mentionner l'origine des produits
Au-delà de certains seuils, les plats cuisinés devront obligatoirement mentionner l'origine des produits © Sipa / Allili Mourad

Connaitre l'origine des produits utilisés pour fabriquer les plats cuisinés ce sera désormais possible. La mesure, mise en place à titre expérimental pour deux ans à partir du 1er janvier, prévoit que dès qu'il y a au moins 50% de lait dans la composition d'un plat cuisiné ou d'un dessert, le fabricant devra indiquer le pays d'origine de ce lait. Pour la viande, dès qu'elle représentera au moins 8% du plat, l'industriel devra indiquer le pays de naissance de l'animal, son pays d'élevage et enfin d'abattage. Lorsque l'ensemble des opérations se seront déroulées en France, la seule mention "Origine : France" pourra apparaître, ou "Origine :" suivi du nom du pays concerné.

Il y a longtemps que les associations de consommateurs exigeaient ces indications , notamment depuis le scandale des lasagnes à la viande de cheval en 2013, tout comme les agriculteurs français. Mais les industriels de l'agroalimentaire européens n'y étaient pas forcement tous favorables.

Mais attention : pour le moment cette réglementation ne s'applique qu'en France et peut être facilement contournée. Si, comme cela arrive souvent, viande et carcasses voyagent dans l'Union européenne, il n'y aura plus qu'une seule mention : origine Union européenne.

Patricia Chairopoulos de 60 millions de consommateurs, redoute que certains industriels contournent la réglementation en jouant sur les quantités de viande : _"de nombreux plats vont échapper à cette obligation d’étiquetage" explique-t-elle. **"Prenez des raviolis ou des lasagnes, certaines marques mettent moins de 8% de viande et d'autant plus avec cette nouvelle réglementation**. J’ai vu une célèbre marque qui annonçait 7,5% de viande et dans ce cas-là il n’y aura pas de mention"._

Cet étiquetage ne concernera que les produits fabriqués en France, ce qui représente tout de même 80% des plats cuisinés que nous consommons. Et d'ici deux ans l'Union européenne décidera ou pas d'étendre l'obligation à tous les Etats membres.

A noter, un délai supplémentaire de trois mois, jusqu'au 31 mars 2017, a été accordé aux industriels de l'agroalimentaire pour leur permettre d'écouler sur le marché les produits déjà étiquetés afin d''éviter le gaspillage.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.