Votre voiture passera-t-elle le contrôle technique en 2018 ? Il faudra pour cela qu'aucune "défaillance critique" ne soit détectée. Sans quoi, vous pourriez être immobilisé.

À partir de 2018, 126 défaillances techniques déboucheront sur une interdiction de circuler immédiate.
À partir de 2018, 126 défaillances techniques déboucheront sur une interdiction de circuler immédiate. © Maxppp / Philippe Pauchet

Si jusqu'à présent le contrôle technique n'était qu'une formalité pour beaucoup d'automobilistes, il va se corser après 2018. Finis les défauts de freinage, de phares, de roues ou bien d'échappement qui ne nécessitaient qu'une contre-visite dans les deux mois. Les grandes nouveautés, révélées par Auto Plus, sont ces 127 "défaillances critiques" qui déboucheront désormais directement sur une interdiction de circuler : il n'y aura en fait plus qu'une journée accordée pour aller chez le garagiste.

Aujourd'hui, 15% des véhicules doivent passer une contre-visite. Avec des critères plus exigeants, ces chiffres devraient augmenter, selon ce technicien d'un centre de contrôle parisien

On devrait monter aux alentours des 35/40% pour rendre le parc automobile plus sain, plus propre et plus sécurisé.

Les contre-visites plus fréquentes ?

Le contrôle technique évolue dans le cadre d'une harmonisation européenne. Plus précis, plus exigeant, il devrait mieux empêcher les véhicules les plus dangereux de circuler.

Si jusqu'à présent il n'y avait que 196 défauts soumis à contre-visite dans les deux mois, le nouveau contrôle technique définit 126 "défaillances critiques" qui devront elles être réparées dans les 24 heures.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.