Quimperlé a été l'une des villes les plus touchées par les crues
Quimperlé a été l'une des villes les plus touchées par les crues © Radio France / Béatrice Dugué

Oui, l'état de catastrophe naturelle sera bien établi suite aux inondations en Bretagne : l'annonce hier de la porte-parole du gouvernement a rassuré les habitants. Les assurances se préparent donc à prendre en charge plus largement les dégâts.

C'était l'une des premières annonces du gouvernement en ce début d'année 2014, après le Conseil des ministres de rentrée. Najat Vallaud Belkacem a affirmé que l'état de catastrophe serait établi "dès que les conditions seront réunies"... Sous-entendu : le plus tôt possible.

Dès que les conditions seront réunies, la reconnaissance en état de catastrophe naturelle sera établie. L'Etat sera là encore présent aux côtés de la Bretagne pour affronter ces intempéries aux conséquences dramatiques.

Car des conséquences, il y en a : près de 1.000 interventions en 24 heures, et de nouvelles pluies à prévoir. Dans le Finistère, repassé vendredi en vigilance orange après une nuit en alerte rouge, plusieurs communes se sont réveillées les pieds dans l'eau.

"En tant qu'assureur, on sait qu'on va payer davantage"

À Quimperlé notamment, la Laïta, fleuve côtier qui traverse la ville, a débordé jusqu'à atteindre les habitations. Elle est montée jusqu'à 4,70m de profondeur. Certaines maisons ont été inondées jusqu'à 1,50m d'eau.

Commerces de Quimperlé touchés par les crues
Commerces de Quimperlé touchés par les crues © Radio France / Béatrice Dugué

La reconnaissance du statut de catastrophe naturelle induit des changements quant au traitement des indeminisations pour les sinistrés. Mais aussi, forcément, une facture salée pour les assureurs.

Dominique Plouzennec est directeur des opérations dans une assurance de Quimper (au micro de David Araujo)

Aujourd'hui samedi, la vigilance orange crue est maintenue sur de nombreux cours d'eau du Finistère, du Morbihan, de l'Ille-et-Vilaine et de Loire-Atlantique.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.