"Les Mandarins" de Simone de Beauvoir
"Les Mandarins" de Simone de Beauvoir © MaxPPP / KEYSTONE Press

Une enseignante lance une pétition pour dénoncer l'absence systématique de femmes parmi les auteurs figurant au programme officiel de terminale L, et donc du bac littéraire. Sans aller jusqu'à réclamer une parité, mais simplement une présence des auteures...

En trois semaines, la pétition a presque atteint les 7 000 signatures. Il faut dire que la situation dénoncée par Françoise Cahen, professeur dans un lycée du Val-de-Marne, a de quoi surprendre et choquer : l'absence criante d'auteurEs dans les sujets du bac L. C'est bien simple : jamais une seule femme n'a eu l'honneur de faire plancher les éléves de terminale L. Re-belote cette année : c'est André Gide qui s'y collera avec son roman "Les faux monnayeurs".

► ► ► SUR LE WEB | Lire (et éventuellement signer) la pétition sur Change.org

"C'est un beau livre, écrit par un auteur important qui mérite d'être étudié. Ce n'est pas lui, le problème", assure l'enseignante dans la présentation de sa pétition.

Nous ne demandons pas la parité entre artistes hommes et femmes. Nous aimerions que les grandes écrivaines comme Marguerite Duras, Mme de Lafayette, Annie Ernaux, Marguerite Yourcenar, Nathalie Sarraute, Simone de Beauvoir, George Sand, Louise Labé... soient aussi régulièrement un objet d'étude pour nos élèves. Avec Bonnefoy, Jaccottet, Quignard, la littérature contemporaine a souvent été à l’honneur. Mais avec de bons chromosomes Y.

Ce n'est pas la première fois que cette situation est signalée. Une pétition en 2014 avait déjà récolté plus de 14 000 signatures pour donner à quelques chromosomes XX une petite place dans les sujets du bac. Le ministre de l'Éducation s'appelait alors Benoît Hamon. Najat Vallaud-Belkacem, qui lui a succédé depuis, assure que cette fois, le message a été bien reçu. Rue de Grenelle, on se dit tout à fait favorable à plus de femmes "dans les manuels, dans les programmes, dans les sujets d'examen".

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.