Des manifestants défilent le 9 avril contre la loi travail dans les rues de Marseille.
Des manifestants défilent le 9 avril contre la loi travail dans les rues de Marseille. © MaxPPP

Salariés et étudiants étaient des milliers à manifester ce samedi 9 avril dans toute la France contre le projet de réforme du Code du travail.

Cette mobilisation est moins forte que les précédentes et émaillée d’incidents. L'intersyndicale composée de la CGT, FO, FSU, Solidaires, UNEF, UNL et FIDL, était mobilisée dans la rue ce samedi pour maintenir la pression sur le gouvernement. Mais les cortèges étaient peu fournis.

Faible mobilisation à Nantes

A Toulouse par exemple, ils étaient samedi entre 8.000 selon la police et 12.000 selon des organisateurs (20.000 selon la CGT), contre 20.000 à 100.000 le 31 mars dernier. A Rennes, la mobilisation était aussi plus faible et des échauffourées entre CRS et des manifestants "extrêmement violents" selon la préfecture ont éclaté. A Paris, un groupe de jeunes a aussi lancé des projectiles contre la police tout comme à Nantes où des heurts ont éclaté et des commerces ont de nouveau été endommagés alors que, selon la CGT, les manifestants n'étaient que 1.000 dans cette ville.

Pas d'incident à Lyon et Bordeaux

A Lyon, Bordeaux ou Marseille, il n’y a pas eu d’incident notables lors des défilés.

Les leaders syndicaux mettent en garde le gouvernement. Notamment, Force ouvrière : "Je dis solennellement au gouvernement : commencez bien à réfléchir", a expliqué Jean-Claude Mailly. "Nous nous inscrivons dans la durée."

Alors que Pierre Laurent parton du Parti communiste exhorte le gouvernement à retirer son projet. "Avant qu'il ne soit trop tard pour lui, le gouvernement ferait bien d'écouter ce qui se dit dans les rues", a-t-il prévenu.

Malgré les différentes modifications du gouvernement et de l’Assemblée, les opposants continuent à exiger le retrait du projet et le mouvement "Nuit debout" se développe au-delà de la place de la République à Paris, où il est installé depuis le 31 mars, dans de grandes villes de nombreuses régions.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.