Après les révélations de Squeezie sur de possibles abus sexuels commis par des youtubeurs, le journaliste Vincent Manilève appelle à une prise de conscience collective de ce qu'est Youtube. Il dénonce aussi la difficulté pour les jeunes victimes de témoigner sur les réseaux sociaux.

Le youtubeur aux 11 millions d'abonnés et 5 milliards de vue accuse certains de ses confrères de profiter de leur popularité pour "obtenir des rapports sexuels".
Le youtubeur aux 11 millions d'abonnés et 5 milliards de vue accuse certains de ses confrères de profiter de leur popularité pour "obtenir des rapports sexuels". © Maxppp / Delphine Goldsztejn

"La vérité finit toujours par éclater". C'est une petite bombe lâchée le 6 août sur Twitter. Le youtubeur Squeezie (11 millions d'abonnés) accuse certains de ses confrères de profiter "de la vulnérabilité psychologique de jeunes abonnées pour obtenir des rapport sexuels". Dans la foulée, les internautes lancent le hashtag #balancetonyoutubeur et dévoilent des dizaines de captures d’écran d'échanges douteux entre les youtubeurs et de jeunes abonnées mineures.

Le journaliste Vincent Manilève, spécialiste des nouvelles technologies et d'internet, l'avait évoqué dans son livre Youtube, derrière les écrans paru en mai 2018 aux éditions Lemieux.

La plateforme vidéo Youtube est aujourd'hui incontournable sur internet. Les youtubeurs stars ont des millions d’abonnés. Certains auraient donc abusés de leur influence. Est-ce que ça vous étonne ?

Malheureusement non. Depuis quelques mois, les rumeurs s'étaient amplifiées. Dans le milieu, tout le monde avait déjà entendu des histoires sans vraiment pouvoir les vérifier. Des témoignages disaient 'untel aurait fait ceci', etc… Et puis, à l'étranger, et notamment aux États-Unis, il y a déjà eu un certain nombre de cas similaires qui ont connu des poursuites judiciaires et des condamnations. Donc si ça arrive dans d’autres pays, il n’y a malheureusement pas de raison que ça n’arrive pas en France.

Vous évoquiez déjà ce genre d’abus dans votre livre, est-ce qu’on réagit un peu tard ?

Je ne sais pas. C’est toujours compliqué de savoir si l’on réagit tard ou pas. Là, on parle d’un milieu surtout fréquenté par des adolescents et dont les parents ne connaissent pas bien les différents acteurs. Les médias aussi n'en ont qu'une connaissance limitée. Pendant longtemps, ils ont regardé les youtubeurs de haut. Maintenant, ils commencent progressivement à s’y intéresser beaucoup plus sérieusement. En fait, je pense qu’il a fallu que le phénomène devienne suffisamment important en terme d’audience pour qu’on se penche dessus. 

Il faut savoir aussi que c’est toujours très compliqué pour les victimes de témoigner. Elles n'ont pas forcement toujours conscience des abus qu’elles subissent, en raison de leur jeune âge. En plus, c’est difficile de prendre la parole comme ça sur internet. Je pense qu’avec Squeezie, ça a été le bon déclencheur mais c’est vrai que ça faisait déjà quelques temps qu’on en parlait.

Celles qui témoignent peuvent être cyberharcelées dans la minute.

Vous parlez de cette difficulté à témoigner... Est-elle amplifiée par cette crainte que peuvent avoir les victimes d'être harcelées si elles dénoncent ?

Oui tout à fait ! Il faut savoir que lorsqu'on prend la parole sur internet, et d’autant plus lorsqu'on est une jeune femme, on peut très vite être critiqué. Les témoignages sont contredits, les communauté de fans peuvent s'en prendre à celle qui dénonce... parfois même avec les encouragements du youtubeur incriminé. Il y en a beaucoup qui sont découragées avant même de témoigner, sur Twitter notamment, parce qu’elles savent qu’elles peuvent être cyberharcelées dans la minute. C'est très difficile pour elles. Il faudrait vraiment pouvoir les accompagner et, en tout cas, les écouter.

Est-ce que Youtube est particulièrement propice à ce genre de dérive avec cette certaine intimité entre la star et l’abonnée ?

C’est vrai que, vous le disiez, les youtubeurs sont des rockstars. Il suffit de les voir lors des conventions où il rencontrent leurs fans, il y a vraiment quelque chose qu’on retrouve un peu des Beatles en terme de fandom (ensemble de fans d’une même personne). La différence aujourd’hui, c’est qu'avec Youtube et les réseaux sociaux, ils entretiennent une relation très amicale voire même intime avec les abonnés. Derrière leurs écrans, ils les invite dans leur vie quotidienne jusque dans leur chambre. Ils les remercient en permanence en leur faisant comprendre qu'ils sont là grâce à eux. Et c’est vrai que les abonnés, qui peuvent être jeunes et parfois un peu naïfs, ont tendance à croire qu’ils ont affaire à des amis et qu’ils peuvent leur faire entièrement confiance. C’est une fausse relation horizontale en fait et ça peut être assez dérangeant et poser problème comme on le voit depuis quelques jours.
 

Une autre polémique concerne Youtube et les mineurs ces derniers temps : celles des enfants stars. Il y a un vide juridique autour de cette pratique qui peut s’apparenter à du travail illicite. Il faut mieux l'encadrer, mieux accompagner selon vous ?

Oui c’est évident parce que c’est d’autant plus compliqué que ces enfants sont souvent filmés par leurs propres parents. Des adultes qui gèrent désormais des entreprises qui gagnent des sommes relativement importantes. Je pense que les pouvoirs publics devraient vraiment se pencher sur Youtube : comprendre quels en sont les acteurs, regarder les vidéos, prendre conscience de l’importance de l’audience, des contrats publicitaires et du travail que cela représente pour les enfants. On parle de vidéos qui sont publiées quasi quotidiennement ! Cela soulève beaucoup de questions… Est-ce que les enfants disent que cela leur plaît pour faire plaisir à leurs parents ? N'en ont-il pas parfois un peu marre de faire des vidéos ? Il faut juste que, comme au cinéma ou à la télévision, on puisse avoir des lois strictes et qui encadrent bien cette plateforme.

Un youtubeur va porter plainte

Cible de dénonciations, Anthox Colaboy a réagit sur Twitter ce 9 août. "Ma vie sombre sous une pluie horrible de haine" annonce le youtubeur qui veut "prendre un avocat et porter plainte".

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.