[scald=73865:sdl_editor_representation]BORDEAUX (Reuters) - Le photographe François-Marie Banier et son ami Martin d'Orgeval, soupçonnés d'abus de faiblesse sur l'héritière de L'Oréal Liliane Bettencourt, ont été transférés menottes aux poignets mercredi à Bordeaux, selon des témoins.

Arrêtés lundi à Paris, ils ont passé deux jours en prison dans une procédure de "mandat d'amener" contestée par la défense, qui soutient qu'ils auraient répondu à une convocation.

Les deux hommes doivent être entendus, et peut-être mis en examen, par le juge Jean-Michel Gentil, concernant les faits présumés d'abus de faiblesse à l'origine de la saga concernant la milliardaire de 89 ans, placée sous la tutelle de sa fille en octobre dernier, a dit le parquet.

Selon RTL, les poursuites portent sur des dons de 103 millions d'euros de Liliane Bettencourt au photographe entre 2006 et 2009, une assurance-vie de 80 millions d'euros, 10 millions d'euros en espèces et des ouvres d'arts, tableaux et manuscrits précieux.

En 2007, la fille de la milliardaire Françoise Meyers avait porté plainte contre François-Marie Banier en l'accusant d'avoir tiré parti de la faiblesse psychologique de sa mère pour obtenir d'elle près d'un milliard d'euros de dons sous diverses formes, entre 2002 et 2007.

Un accord signé fin 2010 entre Françoise Meyers, sa mère et François-Marie Banier avait amené le photographe à renoncer à environ 600 millions d'euros d'assurances-vie et à conserver environ 400 millions d'euros, notamment sous la forme d'un ensemble immobilier dans le VIe arrondissement de Paris.

Le 29 juin 2011, ce premier épisode des poursuites a été refermé par le tribunal correctionnel de Bordeaux, suite au retrait de la plainte de Françoise Meyers.

Mais le parquet de Bordeaux a ouvert en septembre dernier de nouvelles poursuites pénales pour "abus de faiblesse" à la suite d'un rapport d'expertise médicale réalisé en juin qui conclut à un état de démence de l'héritière.

Ce réquisitoire couvre la période comprise entre septembre 2006, début selon les médecins des problèmes médicaux de l'héritière, et septembre 2011.

Thierry Lévêque, avec Claude Canellas à Bordeaux, édité par Yves Clarisse

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.