Selon les époques, les cheveux et les poils se coupent, se teintent, se lissent, s'épilent... Ali Rebeihi, dans son émission "Grand bien vous fasse" a invité des spécialistes à se pencher sur le cas particulier de la barbe : que raconte-t-elle de vous, messieurs ?

Qu'est-ce que la barbe ?
Qu'est-ce que la barbe ? © Getty / Hero Images

Avant la chirurgie esthétique, on ne pouvait pas "corriger" son corps : s’il était petit, gros, si on avait les fesses en poire… Au contraire des ongles, des poils et des cheveux qui peuvent être coupés, teints, cachés ou exposés. Les cheveux et les poils sont ainsi, depuis toujours, un élément permettant d’affirmer sa personnalité... et de suivre la mode (et cela sans risque majeur puisque tout changement est réversible). 

Dans une société glabre, porter la barbe marque une frontière incroyable. Avant 1968, les garçons avaient les cheveux très courts et étaient imberbes. En 1969 : ils sont tous barbus avec les cheveux longs.

Messieurs, que dit de vous ce crâne rasé ?

L’interprétation n’est pas unique : elle dépend du lieu et/ou de l’époque. Un crâne rasé est signe de pureté chez les Bouddhistes, mais de révolte chez les Skinhead et d’opprobre chez les Romains. 

Il y a quelques années, la mode du lisse, du glabre participait d’une esthétique générale dépouillée : les murs étaient blancs, les ordinateurs gris… 

Messieurs, que dit de vous cette barbe fournie ?

Symboliquement, la barbe affirme la virilité

10 ans ... #rugbygram #rugby #2007

A post shared by Sebastien chabal (@sebchabal) on

Bien sûr elle peut avoir un sens politico-religieux, comme chez les Talibans en 1996, où la norme voulait qu’on puisse la tenir dans les cinq doigts de la main, ou chez certains fondamentalistes.

Dans l’Antiquité romaine, seuls les philosophes portaient la barbe ; les moines ermites ont repris cette tradition. La barbe était là le signe de vieillesse, l'attribut du sage qui avait vu beaucoup de choses dans sa vie... 

Et puis, bien sûr, il y a la barbe du hipster...

Cas particulier : la barbe du "hipster"

La barbe du hipster ne peut pas être expliquée par des raisons pratiques : auparavant, alors que le rasage était plus long et plus compliqué, les hommes trouvaient le temps de se raser. 

Souvent fort bien entretenue, cette barbe est la marque des jeunes gens souvent au début de leur carrière professionnelle. Porter la barbe est alors un moyen de se distinguer de la masse, de se projeter vers l’avant en se disant qu’on est  différent des autres et que l’on va vers l’avenir. 

Le poil pose (toujours) question 

Il faut toujours envisager le poil dans son ensemble : d’un côté, le poil sur le visage est valorisé, mais parallèlement, il y a aussi dans notre société la mode de l’épilation corporelle - une mode plutôt hygiéniste qui n’aime pas les poils... 

Aller plus loin

► ECOUTER Grand bien vous fasse consacré aux poils, avec Marie Lescroart, journaliste scientifique pour Ça m’intéresse, Marie-France Auzepy, historienne et auteure de Histoire du poil, et Christian Bromberger, ethnologue auteur de Trichrologiques, Une anthropologie des cheveux et des poils
 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.