Beaucoup de marques de cosmétiques jouent la carte des ingrédients ‘naturels’. Une promesse loin d’être tenue, selon une étude du magazine 60 millions de consommateurs.

Un tiers des produits 'naturels' ne sont pas conformes
Un tiers des produits 'naturels' ne sont pas conformes © Fotolia / JackF

Shampooings, dentifrices, crèmes solaires, maquillages, vernis à ongles...Parce que c'est un filon, beaucoup de marques de cosmétiques se revendiquent "naturelles", et mettent en avant la présence de karité ou d'huile d'argan dans la composition de leurs produits. Mais ces produits sont-ils aussi naturels qu'elles le prétendent ? Pour en avoir le coeur net, le magazine 60 millions de consommateurs a passé 170 articles au peigne fin, avec un résultat plutôt contrasté : 59 produits sont satisfaisants, 54 contiennent trop de substances indésirables, 58 sont passables...Bref, un tiers de ces produits n'est pas tout à fait conforme à ce qui est promis sur l'étiquette.

Faux shampooing à la pomme

Exemple : des consommatrices en quête des bienfaits de l’huile de coco achètent un produit ‘naturel’ qui vante la présence de cet ingrédient sur son flacon. C'est pourtant l'entourloupe la plus courante : l'ingrédient est signalé sur l'étiquette, c'est l'argument principal du produit, mais quand on y regarde de plus près, la fameuse huile de coco n'y est présente qu'en infime quantité. C'est aussi le cas, typique, de certains shampoings "à la pomme" ou au "thé vert" : il y en a bien dans le flacon, mais beaucoup moins que d'autres produits mentionnés dans la formule…et beaucoup moins naturels ceux-là, puisqu’il peut s’agir de perturbateurs endocriniens, d’agents irritants allergisants ou cancérigenes.

Apprendre à lire la composition de votre produit

Pour y voir plus clair, l'Institut National de la Consommation énonce donc quelques règles d'usage : dans la formule d'une crème de beauté, les premiers ingrédients mentionnés sont ceux qui sont très présents, et les cinq premiers constituent 80% du produit. Si les ingrédients naturels sont tout à la fin de la liste, c'est donc clairement mauvais signe. Apprendre à lire la composition d'une crème ou d'un shampoing, c'est privilégier aussi les noms inscrits en latin, ça veut dire que ce sont des produits véritablement naturels. Attention : s'ils sont traduits en anglais, c'est qu'ils ont été transformés par un procédé chimique. Enfin les abréviations en capitale, comme PEG ou EDTA doivent alerter : ils trahissent souvent la présence d'ingrédients de synthèse.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.