C'est la premier entretien donné à la presse par l'ancien chanteur de Noir Désir. A un mois de la sortie de son nouvel album, Bertrand Cantat s'est entretenu trois heures avec Jean-Daniel Beauvallet, journaliste aux Inrockuptibles. Extraits.

Je ne suis pas un enfant de choeur mais je ne pense pas être non plus le dernier des salauds. Je ne suis pas dans le déni de ce qui s'est passé. Je sais que j'ai commis l'irréparable. J'ai été jugé, j'ai évidemment accepté la justice mais pas la vengeance.

Dans cet entretien qui a duré trois heures, Bertrand Cantat revient sur le soir du drame : "Je ne me souviens plus dans quel état on était". Je n'ai jamais fui mes responsabilités sauf peut-être en cherchant à mourir confie l'ex-chanteur de Noir Désir qui raconte qu'il voulait se suicider après avoir accompagné Marie Trintignant à l'hôpital.

Sans les enfants je me serais suicidé en prison.

Betrand Cantat
Betrand Cantat © Simon Daval/MAXPPP / Simon Daval/MAXPPP

Sur la fin de Noir désir, Cantat la rock star explique que le groupe était devenu une prison où il lui fallait demander l'autorisation de chanter.

Enfin Jean-Daniel Beauvallet l'interroge sur le suicide de la mère de ses enfants. Les raccourcis et les accusations délirantes me concernant sont inacceptables. C'est affreux, abject d'être devenu le symbole de la violence contre les femmes.

Un sentiment après cet entretien, Bertrand Cantat ne sortira sans doute jamais de sa prison intérieure.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.