Les cirques traditionnels souhaitent s'assurer de leur survie et demande à rencontrer Nicolas Hulot de toute urgence alors que des réflexions sont en cours sur le bien-être animal.

Pour les professionnels du cirque, la disparition des animaux dans les spectacles générerait une désertion du public.
Pour les professionnels du cirque, la disparition des animaux dans les spectacles générerait une désertion du public. © AFP / Brendan Smialowski

Les cirques traditionnels craignent pour leur survie. Mercredi, le coordinateur de la Fédération des cirques de tradition et président de la Fondation Animaux Hors-Piste, Christian Caffy, a expliqué sur France Info que le collectif a écrit à Emmanuel Macron et Nicolas Hulot pour exprimer ses craintes sur une possible interdiction à venir des animaux dans les spectacles de cirque.

Nicolas Hulot "pas favorable à l'idée qu'on fasse du spectacle" avec les animaux en captivité

Sur France Inter le 2 août dernier, Nicolas Hulot avait réagi à un appel de la Fondation Bardot qui réclamait la fin de la captivité de dauphins en précisant désapprouver les spectacles réalisés avec des animaux en captivité.

Le ministre de la Transition écologique et solidaire avait précisé vouloir organiser "un groupe de réflexion sur le bien-être animal" qui, pour le Collectif des cirques, pourrait fortement nuire à la fréquentation des spectacles et donc à l'activité de la filière. Devant cette "volonté de faire disparaître les animaux dans les cirque", Christian Caffy alerte sur les répercutions économiques : "Lorsque les animaux sont absents, le public s'absente également."

Nicolas hulot a mis le feu dans les caravanes en parlant de « cruauté », c’est une provocation en nous la prenons comme telle

Dans le courrier adressé à Emmanuel Macron, le Collectif dénonce la "provocation" de Nicolas Hulot et l'"absence de volonté d'accompagnement" alors que la profession du cirque connaît "une baisse alarmante" de son activité. "L'exaspération de nos adhérents est à son comble, certains que la fin de leur activité est programmée", écrit le Collectif, "il s'agit de la survie d'un élément important de notre patrimoine culturel commun".

Une réunion plénière du Collectif du cirque est prévue le 4 septembre prochain et ses responsables espèrent pouvoir rencontrer le ministre avant cette date.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.