L’empathie ou l’expérience de l’autre

La huitième édition de la Biennale Internationale Design Saint-Étienne place la prospective au coeur de sa programmation, explore les grands enjeux de société et témoigne, à travers le design, des innovations qui influenceront les modes de vie de demain. Fondée sur le principe de l’appel à candidature et sur une confrontation de points de vue de commissaires invités et d’exposants, la Biennale cultive l’impermanence – et parfois une certaine impertinence –, en offrant, à chacune de ses éditions, de nouveaux lieux à parcourir et des partis pris de commissaires à découvrir. Le choix du thème de l’empathie est le résultat d’une intuition et d’une réflexion collective.Nombreux sont les philosophes et les sociologues qui estiment urgent de repenser la société sur des bases plus respectueuses de la communauté humaine. Peut-être, dans une période où nous serions en mal d’utopie, à un moment où la société prétend se construire sur un unique principe de réalité, dans un temps où chacun d’entre nous devrions nous en contenter, l’empathie serait-elle porteuse de l’espoir d’une société plus sensible et plus attentive.L’empathie propose de regarder et de construire autrement le monde grâce à cette capacité d’appréhender et comprendre les sentiments et les émotions d’un autre. Cette notion est relativement absente des discours et de l’enseignement du design alors même que c’est une dimension centrale du travail et la pensée de cette discipline. Et l’empathie possède une force investigatrice remarquable.[...]

Nous verrons comment le design numérique investit l’environnement quotidien avec l’objectif de créer des relations de plus en plus étroites entre les hommes et jusqu’où il est souhaitable d’engager une liaison empathique avec les machines. Ce nouveau rapport à l’artefact nous rapproche ainsi peu à peu de la relation que nous entretenons avec le vivant, que nous interrogerons à travers certaines expositions. [...]La capacité d’empathie est un mode de connaissance qui tisse des liens profonds avec la création. Le designer ressent et perçoit : sa pratique n’est pas uniquement cérébrale, tous ses sens sont mobilisés. C’est l’une des richesses du design : produire des modes de connaissance singuliers qui disent autrement et autre chose du monde.Elsa Francès, Directrice de la Biennale Internationale Design Saint-Étienne

50 expositions à découvrir Tous les acteurs du territoire ont travaillé ensemble afin de développer pour la première édition la dimension territoriale de l’évènement. La Biennale se déploiera donc dans 60 lieux différents, grâce à 50 expositions et 29 rendezvous qui seront disséminés sur l’ensemble de l’agglomération stéphanoise et du pôle.

Quelques expositions

Les androïdes rêvent-ils de cochons électriques ?
Les androïdes rêvent-ils de cochons électriques ? © France Cadet

Les androïdes rêvent-ils de cochons électriques ? Cité du design - Bâtiments H - Commissariat : Marie-Haude Caraës - Scénographie : Adrien Rovero2012. Dans la zone interdite autour de Fukushima, cent mille animaux vivent sur des terres contaminées. Certains fermiers ne se résolvent pas à abandonner leurs bêtes et, chaque jour, risquent leur vie pour les nourrir. « Lorsque je les quitte, je me dis que c’est peut-être pour la dernière fois, alors je retire ma casquette et je me prosterne. Je pense que les bêtes me comprennent », raconte un éleveur. Le réel… et la fiction. Dans le monde de Philip K. Dick, dans Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques ?, la catastrophe nucléaire a aussi eu lieu. La nature a quasiment disparu ; des animaux-machines consolent faiblement l’humanité, plongée dans des mégalopoles rouillées et crasseuses, où l’on distingue les hommes des androïdes en les soumettant au test de Voight-Kampff, dit « d’empathie », qui met à l’épreuve le rapport à l’animalité ....

Pausette
Pausette © a4designers
**ARTIFACT** Scénographie : Noémie Bonnet-Saint-Georges et Éric BourbonLe terme artéfact désigne un produit de l’art, de l’industrie, par opposition aux objets naturels. ARTIFACT propose de mettrel’accent sur la diversité des interventions du designer dans les domaines de l’image et de l’objet. ARTIFACT est une exposition de libre expression des designers, qui se présente sous la forme d’un cabinet de curiosité dans lequel les liens entre les créations relèvent de signes communs, de formes, de matériaux ou de couleurs. **L’autre Jean** Musée d’Art et d’Industrie – Saint-Étienne - Dates : 26 octobre 2012 au 6 mai 2013 Le musée d’Art et d’Industrie de Saint-Étienne invite les designers Marithé + François Girbaud, qui se distinguent par leurs créations décalées et leurs recherches industrielles, comme le traitement laser appliqué au jean dès 2003. Si le jean est représentatif de la marque, il n’en est pas exclusif. Alchimistes de la matière, Marithé + François Girbaud métamorphosent les propriétés du cuir, de la maille et des nouveaux textiles. L’exposition permet de retrouver un univers foisonnant à travers des vêtements issus d’archives, des dessins techniques, ou encore des films publicitaires réalisés par Jean-Luc Godard. **Vous voulez rire ?** Église Saint-Pierre, Site Le Corbusier, Firminy - Commissariat : Benjamin Girard - Scénographie : 5.5 designers - Du 14 mars au 31 août 2013Jamais autant d’attention bienveillante n’a été portée au design : on analyse, on disserte sur cette discipline qui s’intellectualise. Le design se prendrait-il trop au sérieux ? Quand les formes s’épurent, que le minimalisme est magnifié, quelle place reste-t-il pour l’humour dans le design ? Un objet qui vous décroche un sourire ne devient-il pas un gadget ? S’il est bienvenu dans l’univers des enfants, l’humour tend à disparaître dans celui des adultes. Combien d’objets nous sourient ? Pourtant en ces temps moroses, la légèreté s’avère essentielle. Elle peut apporter de l’empathie, dédramatiser des rituels, raviver le quotidien.Manié par des designers engagés, l’humour se transforme parfois en un subtil langage pour diffuser critiques, points de vue ou manifestes. Au risque de froisser les ascètes, au même titre que l’ergonomie ou l’esthétique, l’humour est bien une fonction comme une autre avec un rôle à jouer dans le design. Certains éditeurs, comme Alessi, Moooi, ou Atypik, s’en sontemparés au point d’en faire une marque de fabrique. Des designers l’ont apprivoisés et en nourrissent leurs créations tels l’iconoclaste Marti Guixé, les rebelles Front designers, les surprenants Droog ou les 5.5 designers qui scénographient l’exposition avec impertinence. De quoi commencer à allumer les feux de l’humour.
Vous voulez rire ?
Vous voulez rire ? © Fred, chez OOPSHOM ® Parsy - Debons Design ® Joao Sabino
### **Parcours** **Public & design** - Exposition affiliéeAncienne École des Beaux-Arts de Saint-Étienne - Exposition affiliéeL'atelier EEZO rassemble les compétences de trois designers stéphanois s'intéressant au mobilier, à l'urbanisme ou au transport. Il propose au public plusieurs ateliers. Le premier concerne le processus empirique de création et repose sur le dessin. Le second atelier consiste en une initiation à l'assemblage et aux problématiques liées aux matériaux. Le dernier est focalisé sur les notions de confort et d'ergonomie. Ces activités sont accompagnées d'une exposition présentant les réalisations des designers et documentant leur démarche.**P.I.A.F.** Le Fil, Scène de Musiques Actuelles - ExpérimentationDans le cadre de workshops organisés depuis novembre 2012, des étudiants de l'École Supérieure d'Art et Design de Saint-Étienne (ESADSE), assistés d'étudiants du master 2 pro « Réalisateur en informatique musicale » (département de musicologie, Université Jean Monnet, Saint-Étienne), ont travaillé dans les ateliers de l'ESADSE et de la Fabrique (friche artistique, Andrézieux). Avec le soutien du GRAME (Centre national de création musicale, Lyon), ils ont conçu l'exposition P.I.A.F. composée d'une vingtaine d'installations destinées aux espaces du Fil (Scène de musiques actuelles, Saint-Étienne). ![](http://admin.franceinter.fr/sites/default/files/2013/02/06/557461/videos/video-qZsKAxIv1k0.jpg)**Nano-ordinaire** Scénario quotidien avec les nanos energies - Cité du design - Bâtiments H - ExpositionVoici venu le temps des nano énergies. Si, hier, une couverture chauffante nous apportait du confort en consommant de l'énergie, dans un futur proche, une couverture à fibre de transition de phase pourra récupérer notre chaleur corporelle pendant la nuit afin de l'utiliser le lendemain. Nous passerons ainsi du statut de consommateur à celui de générateur d'énergie. Nano-ordinaire propose de découvrir ses nouveaux scénarii de connivence avec les nano-énergies en suivant les activités d'une journée particulière organisées dans la maison « Empathic ».**Artias Design** 10 designers interprètent l’œuvre d’Artias - La Serre, Ancienne école des Beaux-Arts - expositionNé à Feurs en 1912, Philippe Artias est un représentant de l'École de Paris connu pour son utilisation de couleurs vives dans ses peintures, céramiques et collages. À l'occasion de la rétrospective qui lui est consacrée par la ville de Saint-Étienne, dix designers italiens réinterprètent l'oeuvre de l'artiste pour fêter le centième anniversaire de sa naissance. Leurs créations - le portemanteau d'Alfonso Grassi, la chaise haute de Giorgio Gurioli, les luminaires de Rita Rava et de Luisa Bocchietto ou le centre de table de Gumdesign - font toutes écho aux travaux d'Artias. **Mais aussi 29 rendez-vous avec des colloques, des forums pour se rencontrer, échanger, écouter et réfléchir...**
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.