Le ministre de l'Éducation a annoncé sur RTL des poursuites disciplinaires et, dans certains cas, pénales. 52 % des violations ont eu lieu dans les collèges, précise un communiqué du ministère.

Jean-Michel Blanquer et Jean Castex lundi dernier dans une école, lors de l'hommage rendu à Samuel Paty.
Jean-Michel Blanquer et Jean Castex lundi dernier dans une école, lors de l'hommage rendu à Samuel Paty. © AFP / THOMAS COEX

"Il y a eu environ 400 violations de la minute de silence" en hommage au professeur d'histoire-géographie Samuel Paty lundi dernier dans les établissement scolaires. C'est ce qu'a indiqué vendredi le ministre de l'Éducation nationale Jean-Michel Blanquer, sur RTL. Des violations "dans des formes parfois légères, parfois lourdes."

Certains cas peuvent relever de "l'apologie du terrorisme"

Jean-Michel Blanquer a tenu à souligner que "chacune de ces violations est suivie de poursuites disciplinaires, parfois même, il y a eu des poursuites pénales." Le ministre de l'Éducation a certifié qu'"aucun incident ne reste sans suite". Il a aussi indiqué que "les cas les plus graves", où des poursuites pénales sont engagées, s'élèvent à "une dizaine environ". Certains relèvent de "l'apologie du terrorisme".

"52 % des cas dans des collèges"

Où se sont produites ces violations ? Le ministère donne des précisions dans un communiqué publié vendredi matin. Ces 400 incidents se sont déroulés "dans 52% des cas dans des collèges, dans 27% des cas au sein des lycées et dans 21% des cas dans des écoles".

Trois catégories d’incidents, détaille le ministère : 

  • 160 refus de participation ou perturbation de la minute de silence
  • 150 cas d’apologie du terrorisme
  • Une petite centaine d’événements "plus sérieux encore", dont certains, environ une dizaine, ont pu donner lieu à des suites judiciaires : menaces, dégradations, provocations et autres.

Jean-Michel Blanquer a également rappelé que l'enseignement de l'éducation morale et civique doit être prochainement renforcé, "pour que les enjeux de la liberté d'expression soient bien explicités".

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.