L'armée française prend des mesures d'urgence pour mieux sécuriser ses sites de munitions
L'armée française prend des mesures d'urgence pour mieux sécuriser ses sites de munitions © BEP/La Provence

Près de 180 détonateurs, une dizaine de pains de plastique et une quarantaine de grenades ont été volés dans un dépôt de munitions de l'armée de terre sur le site de Miramas, dans les Bouches-du-Rhône. Une enquête pour "vol avec effraction commis en bande organisée" a été ouverte.

Le vol a été constaté lundi et huit ou neuf bâtiments du site de Miramas auraient été "visités", précise une source sur place citée par l'agence Reuters. Les malfaiteurs ont pénétré dans l'enceinte après avoir découpé le grillage. Le ministère de la Défense et l'État-major des Armées n'ont encore fait aucun commentaire. Pour l'instant, aucune piste n'est écartée, assure la même source.

L'armée a ouvert une enquête. Les précisions de Vanessa Descouraux

250 hectares dédiés au stockage de munitions

Près de 180 détonateurs, une dizaines de pains de plastique et une quarantaine de grenades auraient été dérobées sur ce site logistique de l'armée de Terre, étendu sur 250 hectares, un lieu de stockage de matériel pour les opérations extérieures en Afrique et de stockage de munitions.

Le parquet de Marseille a annoncé l'ouverture d'une enquête pour "vol avec effraction commis en bande organisée et introduction frauduleuse dans une enceinte militaire". De son côté, le ministère de la Défense a demandé en interne une évaluation de la sécurité des sites militaires.

Miramas
Miramas © Radio France

Miramas (Bouches-du-Rhône)
Miramas (Bouches-du-Rhône) © Radio France

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.