Un homme armé s'est emparé dimanche à l'hôtel Carlton de Cannes (Alpes-Maritimes) debijoux, principalement des bagues et des boucles d'oreilles ornées de pierres précieuses. Après inventaire, le parquet parle d'un butin record de 102 millions d'euros.

vol de bijoux au carlton de cannes
vol de bijoux au carlton de cannes © reuters

Les faits se sont produits dans une aile du prestigieux établissement de La Croisette réservée à des expositions temporaires. Depuis le 20 juillet, s'y déroulait l'exposition "Extraordinary diamonds " de la maison Leviev , société spécialisée dans les diamants.

A 11h30, un homme s'est présenté, armé d'un pistolet automatique, le visage dissimulé par "une écharpe ou un bandana ", coiffé d'une casquette, alors qu'aucun client ne se trouvait plus sur les lieux.

Tout s'est passé très vite, il n'y a pas eu de violences

Sous la menace de son arme, mais sans violence, l'homme s'est fait remettre plusieurs sacoches contenant des bijoux, bagues, pendentifs et boucles d'oreilles ornés de pierres précieuses.

Les enquêteurs de la Police judiciaire exploitent les éléments de vidéosurveillance. Après avoir affirmé que l'homme avait pénétré dans le batiment "par l'entrée principale ", le parquet de Grasse indique finalement qu'il s'y est introduit par une porte-fenêtre donnant sur la Croisette et "qui, normalement, aurait dû être verrouillée ".

Un record en France

Le chiffre de 40 millions d'euros avait dans un premier temps été avancé. Après inventaire, le montant du butin, ""72 pièces dont 34 d'exception ", s'élève à 135 millions de dollars, soit 102 millions d'euros selon le parquet de Grasse.

Va-t-il pouvoir facilement revendre son butin ? Les explications de Franck Cognard

Ce braquage intervient après plusieurs autres vols sur La Croisette ces derniers mois. Lors du festival de Cannes, des bijoux de marque Chopard avaient été dérobés dans le coffre de l'hôtel Novotel, d'une valeur de, seulement, 1 million d'euros.

Le casse d'hier est le plus important de l'histoire en France . Le record était jusqu'alors tenu par celui commis en décembre 2008 dans la joaillerie Harry Winston, avenue Montaigne, à Paris. Montant : 80 millions d'euros.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.