Plusieurs centaines de manifestants nationalistes repoussés par la police anti-émeute à Bruxelles
Plusieurs centaines de manifestants nationalistes repoussés par la police anti-émeute à Bruxelles © Reuters

Des hooligans nationalistes, proches de l'extrême-droite, ont fait irruption place de la Bourse dimanche à Bruxelles. La police anti-émeute a fait usage de canons à eau pour les disperser. Une dizaine de personnes ont été interpellées.

Au moins 200 manifestants se sont intoduits ce dimanche après-midi place de la Bourse à Bruxelles. Ils ont crié "on est des hooligans", "on est chez nous" sur la place de Bruxelles transformée en mémorial après les attentats meurtriers de mardi. Les manifestants ont notamment lancé des projectiles incendiaires vers les forces de l'ordre et dégradé du mobilier urbain. C'est de cette place que devait partir la "marche contre la peur", finalement annulée pour raisons de sécurité.

La place fermée pendant une demi-heure

D'abord surveillés à distance par les forces anti-émeutes, des manifestants, pour certains masqués et vêtus de noir , ont répété des slogans virulents à l'encontre du groupe Etat islamique, qui a revendiqué les attentats.

La tension était palpable face aux personnes venues se recueillir pour rendre hommage, en silence ou en chansons, aux 28 morts des attaques djihadistes.

"Complices terroristes", "Etat complice de Daech" ont scandé des sympathisants de l'extrême-droite, face aux manifestants pacifiques installés sur les marches de la place. "Le fascisme ne passera pas", leur ont répondu ces derniers. Les forces anti-émeutes, appuyées par des canons à eau, sont intervenues pour les disperser.

Le reportage de Laxmi Lota, place de Bourse : "Ce sont des casseurs, des idiots qui ont envie d'en découdre, alors que nous manifestons pour notre liberté"

Béatrice Dugué est notre envoyée spéciale à Bruxelles

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.