Cet été, la start-up américaine Butterfly Network devrait commercialiser, en France, sa sonde d’échographie ultra-portable. Une sonde qui révolutionne l’imagerie médicale dans les services d’urgence.

Les sondes portables sont un gain de temps pour les médecins urgentistes.
Les sondes portables sont un gain de temps pour les médecins urgentistes. © Maxppp / Stéphane Lartigue

Plus rapide, plus intuitive et moins chère, la sonde Butterfly IQ améliore la prise en charge de patients en urgence. D’habitude, les médecins urgentistes doivent attendre qu’une machine à échographie soit disponible pour compléter l’examen de leur patient. Cette machine est souvent sur roulettes. Il faut la pousser, la tirer, de box en box, et ça prend du temps. Un temps très précieux dans certaines situations.

Pour améliorer la rapidité de la prise en charge des patients, plusieurs entreprises et start-ups ont créé des sondes ultra-portables. Elles tiennent dans la poche des soignants et sont souvent reliées à un smartphone. Il y a presque deux ans, le dispositif Lumify, de Philips, arrivait en France. Problème : il nécessite trois sondes différentes pour scanner toutes les parties du corps. Même si le système est réduit, il reste encombrant.

Une sonde unique pour toutes les parties du corps

Pour remédier à cela, des anciens élèves du Massachussetts Institute of Technology (MIT) ont créé le Butterfly IQ : une sonde qui peut explorer toutes les parties du corps : cœur, la vessie, la carotide, ou encore la vésicule biliaire. La prise en main de la sonde est guidée par l’intelligence artificielle. Elle détermine si l’image est de bonne qualité, par exemple.

Jérôme Bokobza est médecin urgentiste à l’hôpital Cochin, à Paris, et coordinateur de l’enseignement de l’échographie pour la médecine d’urgence en Île-de-France. Il a testé le Butterfly IQ lors d’un congrès. "Quand on en a besoin on l’utilise, comme on utilise un stéthoscope", explique le médecin. "C’est une amélioration de la prise en charge de nos patients. On est plus performant au niveau de l’examen clinique."

Un prix défiant toute concurrence… pour le moment

Le Butterfly IQ a passé les contrôles et essais nécessaires et peut donc être commercialisé dans l’Union européenne. Il devrait arriver en France cet été. Il coûtera moins de 2 000 euros. Pour Jérôme Bokobza, "_ça aura un gros impact économique, parce qu’on pourra s’équiper plus largement et donc avoir une meilleure pénétration de cette technique dans la pratique quotidienne des médecins urgentistes  et des autres spécialités médicale".

L'urgentiste garde également un œil sur echOpen, une start-up française incubée à l’hôpital Hôtel-Dieu, à Paris. Selon lui, la sonde que l’entreprise est en train de développer pourrait coûter "moins de 500 euros". Ces sondes à bas coût  vont permettre de démocratiser l’imagerie médicale dans le monde. À ce jour, deux tiers de la population mondiale n’ont pas accès à l’échographie.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.