Ça, ce n’est pas à proprement parler un tic journalistique, mais on ne peut pas nier que ce soit un tic médiatique, parce que c'est bien à la télé que l'expression s'est imposée... Souvenez-vous: 2001, le premier « Loft Story »... Aziz, Kenza, Steevy et bien sûr Loana ; des discussions sans intérêt, si ce n'est donc cette formule qu'avant n'utilisaient que les initiés... - On fait des pâtes ? - C'est clair ! - Jean-Édouard, il m'énerve… - C’est clair ! « C’est clair ! » Traduction: « Je ne te le fais pas dire ! » ou alors « C'est ben vrai, ça ! », l'expression de la mère Denis, expression un peu dépassée désormais, contrairement à celle des « lofteurs » qui, depuis neuf ans, n'a cessé de gagner du terrain, au point de contaminer tous les niveaux de langage. On pourrait appeler ça la "céclairite"... Un syndrome qui touche notamment la plupart des animateurs d'émissions de variétés, mais aussi certains politiques ! « C'est clair, c'est le Medef qui a planté la taxe carbone », analysait ainsi la karatéka désespérée Chantal Jouano la semaine dernière. « C’est clair » est donc une façon de pointer la limpidité d'une situation. Tout est tellement compliqué dans ce bas monde que quand, pour une fois, ça ne l'est pas, autant le souligner ! Sauf que parfois ce « c'est clair » rend les choses plus confuses encore, comme avec ma cousine chez ma grand-mère il y a trois jours... Ma cousine est également atteinte de "céclairite". Ma grand-mère était agacée. - J'aimerais bien savoir qui a caché mes médicaments ! - C'est clair, a lâché ma cousine. - Et je voudrais bien savoir aussi qui a sali mon tapis ! De nouveau, Bécassine s'est fendue d'un « C'est clair »... Oui Bécassine, c'est ma cousine. Et là, ma grand-mère, éberluée. - Mais qui est donc cette Claire ? Qui l'a amenée chez moi ? On lui a alors expliqué qu'il s'agissait d'une expression. Une forme de « Tu l'as dit bouffi » mais en plus à la mode... Réponse de ma grand-mère : « De mon temps, on disait 'clair comme de l'eau de roche' ! »... Très judicieuse remarque. Ceux qui sont atteints de "céclairite" pourraient donc n'être en fait que des trancheurs d'expressions ! Ils coupent 'l'eau de roche' ! Un procédé qui d’ailleurs n'est pas sans risque, il faut faire attention. Pour « con comme la lune », pas de problème. On peut enlever la lune, ça ne changera rien au sens. Mais avec, par exemple, avec la formule « aimable comme une porte de prison ». Si vous oubliez la porte de prison, il ne reste qu' « aimable » et vous dîtes alors le contraire de ce que signifie l'expression ! Idem avec « doué comme un manche ». Si vous oubliez le manche, ça n'a plus rien à voir ! Plus grave encore avec « bonne comme du bon pain »... Si vous omettez la référence au pain, ça devient carrément grossier ! Si je dis à ma cousine qu'elle est « bonne comme du bon pain », elle sera très contente. Mais si je lui dis qu'elle est « bonne », à coup sûr elle m'envoie une claque. Quant à la merveilleuse formule « la terre est bleue comme une orange », si l'on enlève l'orange, c'est simplement la négation de la poésie ! « La terre est bleue »… On assassine Eluard. C’est clair comme de l'eau de rose. Chronique du 31/03/2010

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.