Le retour de la canicule en France
Le retour de la canicule en France © Radio France / Olivier Bénis

Il y a désormais 47 départements en vigilance orange pour de fortes températures : on attend jusqu'à 39 degrés à Paris, 38 à Limoges, 40 à Bordeaux... Au-delà des consignes élémentaires, il faut aussi se méfier de certains traitements médicaux.

Bien sûr, en cas de coup de chaud, l'essentiel c'est de boire régulièrement, de passer quelques heures par jour dans un endroit frais ou d'éviter de trop s'exposer au soleil.

► ► ► ALLER PLUS LOIN | Nos conseils pour se protéger de la chaleur

Mais il peut en effet y avoir des contre-indications avec les médicaments, principalement ceux qui modifient notre transpiration, la température de notre corps ou qui agissent sur le fonctionnement des reins... D'abord, les médicaments qui peuvent s'avérer toxiques en cas de déshydratation : anti-inflammatoires, aspirine, anti-épileptiques également.

Les antibiotiques, eux, risquent de perturber le fonctionnement des reins.

Arrêter ou continuer, c'est au médecin de décider

Les traitements contre la tension et l'angine de poitrine peuvent faire baisser dangereusement la température du corps. À l'inverse , il y a ceux qui risquent de l'augmenter : les médicaments qui agissent sur le cerveau, les psychotropes, les neuroleptiques, les antidépresseurs ... C'est désormais prouvé, certains ont contribué à la mortalité des personnes âgées les plus faibles lors de la canicule de 2003.

Vigilance aussi pour les traitements contre les maladies cardiaques . Lors d'un coup de chaleur, évitez le paracétamol , cela peut provoquer des problèmes de foie. Les diurétiques, les médicaments qui font éliminer davantage d'eau , peuvent évidemment favoriser la déshydratation.

Enfin d'autres sont susceptibles de gêner la transpiration, ceux contre la migraine, certains médicaments qui soignent la dépression, la maladie de Parkinson, l’incontinence urinaire ou les allergies.

Toutefois, pas question non plus d'arrêter vos traitements. Demandez simplement conseil à votre pharmacien ou votre médecin.

47 départements concernés

47 départements en vigilance orange
47 départements en vigilance orange © Radio France / idé
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.