Dans quels départements la situation sanitaire menace-t-elle d'imposer de nouvelles mesures de freinage comme dans les 16 départements sous surveillance ? Puisque les autorités les scrutent particulièrement, nous avons regardé où les taux d'incidence et l'occupation des réa sont dans le rouge.

Si l'on se base sur ces deux indicateurs une dizaine de départements cumulent un taux d'incidence au-dessus des 250 cas pour 100 000 habitants et des services de réa en saturation.
Si l'on se base sur ces deux indicateurs une dizaine de départements cumulent un taux d'incidence au-dessus des 250 cas pour 100 000 habitants et des services de réa en saturation. © X. D.

Faut-il étendre la liste des départements concernés par les restrictions ? C'est ce que suggèrent ces dernières heures, plusieurs membres du conseil scientifique, dont le chef du pôle gériatrie du CHU de Nice, Olivier Guérin, ou bien l'épidémiologiste de l'Institut Pasteur, Arnaud Fontanet. Et si les autorités décident de suivre ces préconisations, quels départements risquent de rejoindre la liste des 16 départements où les déplacements sont limités et certains commerces fermés ?

Une dizaine de départements en tension 

Si l'on se base sur ces deux indicateurs une dizaine de départements cumulent un taux d'incidence au-dessus des 250 cas pour 100 000 habitants (le seuil d'alerte fixé par le gouvernement) et des services de réa en saturation (plus de 100% d'occupation). Par exemple, la région de Troyes : 440 cas pour 100 000 habitants dans l'Aube et plus de 130% des lits de soins critiques occupés par des patients Covid-19. 

À l'échelle du pays, les départements proches de zones déjà en tension et confinées voient leurs indicateurs flamber. L'Aube proche de l'Île-de-France, tout comme l'Eure-et-Loir. Ou bien, plus au Sud, les Alpes-de-Haute-Provence, le Var, le Gard, voisins des Alpes-Maritimes. Les départements du Doubs, des Ardennes, de la Meuse ou de Moselle sont aussi concernés.