Une vingtaine de mégacentres de vaccination ouvrent cette semaine en France dans le sillage de celui du Stade de France, ouvert ce mardi 6 avril, qui pourra vacciner jusqu'à 10 000 personnes par semaine.

Un membre de l'équipe de France de cyclisme sur piste s'entraîne pendant que des personnes se font vacciner au Vélodrome de Saint-Quentin-en-Yvelines..
Un membre de l'équipe de France de cyclisme sur piste s'entraîne pendant que des personnes se font vacciner au Vélodrome de Saint-Quentin-en-Yvelines.. © Maxppp / Sadak Souici

C'est un nouveau chapitre dans la campagne de vaccination contre le Covid-19 en France. La Stade de France a ouvert ses portes, ce mardi 6 avril, aux premières vaccinations anti-Covid. Après le stade Vélodrome à Marseille, après le Groupama Stadium à Lyon, l'enceinte qui a vu le sacre des Bleus à la Coupe du monde de football en 1998, se transforme à son tour en vaccinodrome pour ces prochains mois. L'objectif des autorités sanitaires est de parvenir dans un premier temps à 10 000 injections par semaine dans cette enceinte sportive située à Saint-Denis, au nord de Paris. 

Le 24 mars dernier, le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin annonçait l'ouverture de "38 vaccinodromes" gérés par les sapeurs-pompiers, dans lesquels "jusqu'à 530 000 doses pourront être injectées chaque semaine". Une vingtaine de ces mégacentres, qui peuvent chacun vacciner au moins 1 000 personnes par jour, ont ouvert ce mardi 6 avril. "La vaccination s'accélère", a déclaré le Premier ministre en visite au Stade de France. Jean Castex assure que 12 millions de doses vont être livrées à la France ces prochaines semaines. 

Le Grand Est sous-équipé

Sur notre carte interactive, réalisées à partir des informations collectées par le réseau France Bleu, vous pouvez voir que 25 vaccinodromes ont commencé à vacciner ce mardi 6 avril, ou vont commencer à le faire dès le mercredi 7 avril. Au moins neuf mégacentres supplémentaires feront de même ces prochains jours à Saint-Etienne, Bordeaux, ou encore Dijon, et même à Disneyland ! D'autres sont encore à l'étude à Lorient, Avignon, ou encore Rouen. Au regard de cette liste, non-exhaustive, et de cette carte, on s'aperçoit qu'une région très impactée par l'épidémie comme le Grand Est fait néanmoins partie des régions les moins équipées en vaccinodrome. Seul l'hôpital militaire de Legouest à Metz vaccine depuis ce 6 avril, quand deux vaccinodromes n'en sont qu'au stade du projet à Nancy et Strasbourg.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.