La vague épidémique retombe lentement et l'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP) tente de reprendre le contrôle sur le Covid-19 avec le dispositif "Covisan". Objectif : dépister les malades peu graves et casser les chaines de contaminations dans les foyers, avec, notamment, des visites à domicile. Reportage.

Une équipe du projet Covisan, en visite de dépistage et de prévention au domicile de patients, dans le 14ème arrondissement de Paris
Une équipe du projet Covisan, en visite de dépistage et de prévention au domicile de patients, dans le 14ème arrondissement de Paris © Radio France / Rémi Brancato

"J'ai des kits de prélèvements pour toute la famille". Les bras chargés, Meryem Merkouar, interne en biologie à la Pitié Salpêtrière, bénévole pour le projet "Covisan", mené au sein de l'hôpital parisien le 15 avril, arrive pour une visite à domicile, avec sa collègue. Depuis dix jours, les équipes de ce projet pilote, lancé par l'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP), tentent de relancer des dépistages massifs des malades suspectés de Covid-19 sans signes de gravité, et de proposer systématiquement de tester l'entourage, pour casser les chaînes de transmission dans les foyers, et endiguer l'épidémie.

"Il ne faut pas s'approcher de maman"

Ce vendredi, c'est dans un HLM du 14ème arrondissement de la capitale que le duo de bénévoles a rendez-vous. "Ma mère a des symptômes", explique simplement Mustapha, 13 ans, un des quatre enfants. En une heure de visite, les bénévoles pratiquent des tests pour la mère, son mari et la fille aînée, Inès, 15 ans (les mineurs de moins de 15 ans ne sont pas testés), et prodiguent des conseils, en fonction de l'environnement familial. 

Ici, en attendant les résultats, qui prennent jusqu'à 24 heures, la mère, doit rester isolée. "Ce n'est pas l'habitude, cela va être dur pour moi", confie Nibiha, qui souffre de difficultés à respirer depuis quelques jours. Mais les enfants affichent leur bonne volonté. "Il ne faut pas s'approcher de maman, ses habits, son linge, sa vaisselle, ne sont qu'à elle", répète Naël, 8 ans, le petit dernier.

"Elle nous a appris des trucs qu'on ne savait pas, comment bien bien se laver les mains, s'essuyer, se laver les ongles", ajoute Mustapha. "Il faut bien mettre des masques" complète, Zakaria, 10 ans, son petit frère. "En tout cas, quand on va voir maman, on met un masque", reprend Camille Breton, bénévole, elle aussi, qui assure le volet "social" de la visite.

Des propositions d'isolement adaptées à chaque foyer

En fonction des situations, les propositions s'adaptent et se définissent en discussion avec la famille. Dans cet appartement de trois pièces, la mère propose de s'isoler dans le salon. Impossible de lui proposer une chambre d'hôtel, au risque de déstabiliser le foyer, qui compte beaucoup sur elle. 

"C'est elle qui va continuer à cuisiner, il n'y a pas assez de chambres pour tout le monde, je pense qu'il va y avoir des moments où ils vont se croiser", explique Camille Breton, consciente des limites. Mais le dépistage du père et de la fille aînée est un atout et cet échange au domicile permet une prévention utile. "S'ils respectent ce qu'on leur a dit, comme mettre des masques, c'est déjà pas mal et c'est quelque chose qu'on n'aurait pas pu faire si on avait juste traité la maman."

L'objectif du projet Covisan, lancé par les équipes de la Pitié Salpétrière le 15 avril, est donc de "diminuer au maximum les chaines de  transmission et d'optimiser les conditions d’isolement des patients", en définissant avec eux les conditions de quarantaine, détaille Julie Pernet, médecin aux urgences de la Pitié, détachée sur le projet. À l'hôpital, un service a été reconverti pour dépister les malades sans gravité qui se présentent aux urgences et leur offrir un premier entretien, avant la visite aux proches, au sein du foyer.

Jean-Sébastien Molitor et Julie Pernet, devant le centre "Covisan" de l'hôpital de la Pitié Salpétrière, à Paris
Jean-Sébastien Molitor et Julie Pernet, devant le centre "Covisan" de l'hôpital de la Pitié Salpétrière, à Paris © Radio France / Rémi Brancato

Jean-Sébastien Molitor, est arrivé en renfort bénévole sur le projet, fort de trois ans de mission de lutte contre le choléra en Haïti, pour "amener cette expertise à l'hôpital, une approche épidémiologique différente, qu'on n'a plus en France", basée surtout sur "l'adhésion, la participation, cette approche communautaire, centrée sur le patient, et que les services soient compris, embrassés par le patient".

Dépister les proches, "quand il y avait vraiment beaucoup de cas, ce n'était pas possible"

Pour Julie Pernet, c'est "une autre étape de l’épidémie", différente du moment où l'afflux de cas graves ne permettait plus de tester les malades ne nécessitant pas d'hospitalisation. "Quand il y avait vraiment beaucoup de cas, ce n'était pas possible, mais maintenant il faut le faire" défend le Professeur Renaud Piarroux, chef du service de parasitologie à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière, professeur à la faculté de médecine de Sorbonne Université, et à l'origine du projet, dont il plaide pour la généralisation sur le territoire français.

"Il faut un maximum de cas et si on est efficace sur un maximum de cas, on affaisse la courbe de l'épidémie et on aura un autre outil, beaucoup plus pérenne que le confinement" estime le chercheur, pour qui ce travail millimétrique, permet de mieux adapter la réponse sanitaire. "L'idée c'est de voir avec le patient comment on peut faire, ce qui peut amener, dans certains cas, des choses un peu compliquées comme un hébergement à l'hôtel", détaille-t-il.

L'hôtel en dernier recours

Le projet, pilote, a été monté en partenariat avec la ville de Paris, des collectivités locales de petite couronne, et le groupe hôtelier Accor, qui met trois de ses établissements à disposition. Mais l'hôtel reste le dernier recours : vendredi, seules 6 personnes testées sur 134 étaient hébergées à l'hôtel, toujours sur la base du volontariat. La plupart des isolements se font au sein même des domiciles, dans une chambre, par exemple, et les équipes de "Covisan" privilégient des solutions adaptées à chacun.

Le centre Covisan, pour dépister les malades du Covid-19 et les isoler, à l'hôpital de la Pitié Salpétrière, à Paris
Le centre Covisan, pour dépister les malades du Covid-19 et les isoler, à l'hôpital de la Pitié Salpétrière, à Paris © Radio France / Rémi Brancato

Les médecins de ville au cœur du dispositif

Pour mieux mettre en oeuvre cette approche "communautaire", et généraliser la prise de conscience des patients et des cas contacts, la médecine de ville est aussi indispensable. Car les patients inclus au dispositif arrivent par les urgences, mais aussi après consultation de leur médecin généraliste. 

"Si les médecins, les infirmières et les pharmaciens s'approprient cette action, cela pourrait marcher", estime Hector Falcoff, médecin généraliste et président de la communauté professionnelle territoriale de santé du 13ème arrondissement. "Un médecin de ville qui connait les patients, a déjà été à domicile, connaît l'environnement, la famille, est très bien placé pour expliquer et convaincre les gens de participer", ajoute-t-il.

Le projet, lancé à la Pitié Salpétrière, compte trois autres hôpitaux de l'AP-HP pilotes : Bichat, dans le 18ème arrondissement de Paris, Louis Mourier, à Colombes dans les Hauts-de-Seine, et Avicenne, à Bobigny, en Seine-Saint-Denis.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.