Si aucun pays n'a pour l'instant eu à reconfiner entièrement sa population, plusieurs grandes villes ou régions d'Europe ont réinstauré des restrictions de circulation pour lutter contre des rebonds locaux de l'épidémie de coronavirus.

Alors que le Royaume-Uni assouplit les restrictions, le confinement strict reste en vigueur dans l'agglomération de Leicester où 1.000 cas de coronavirus ont été détectés ces 15 derniers jours.
Alors que le Royaume-Uni assouplit les restrictions, le confinement strict reste en vigueur dans l'agglomération de Leicester où 1.000 cas de coronavirus ont été détectés ces 15 derniers jours. © Maxppp / PRESS ASSOCIATION IMAGES

Portugal, Royaume-Uni, Allemagne, Espagne... Ces pays ont été touchés à des degrés divers par la pandémie coronavirus. Mais ils ont surtout un point commun : après avoir enclenché un déconfinement progressif, ils ont dû reconfiner certains territoires où d'importants foyers de contamination ont été identifiés. Tour d'Europe de ces régions reconfinées, et des mesures prises.

Espagne : 200.000 personnes reconfinées en Catalogne

Samedi 4 juillet, la région de Catalogne a ordonné le confinement d'une zone de quelques 200.000 habitants autour de Lérida, dans le nord-est. Les entrées et les sorties de cette zone sont désormais restreintes. "Nous avons décidé de confiner la zone du Segrià (autour de la ville de Lérida), sur la base de données qui confirment une croissance très importante du nombre de contagions de Covid-19", a déclaré le président de la région Quim Torra. Les autorités interdisent les regroupements de plus dix personnes, et suspendent les visites en maison de retraite. 

Des mesures prises au moment même où à Barcelone, la capitale catalane, rouvre la célèbre cathédrale Sagrada Familia. C'est aussi ce samedi que les frontières espagnoles sont rouvertes à douze nouveaux pays, conformément aux demandes de l'Union européenne. Le coronavirus a fait plus de 28.000 morts en Espagne depuis le début de la pandémie.

Toujours en Espagne mais cette fois en Galice, dans le nord-ouest du pays, 70.000 habitants sont à nouveau soumis à partir de ce dimanche 5 juillet à des mesures de confinement strict, après une hausse des contaminations. Les habitants des 14 localités du comté d'A Mariña, ne peuvent pas sortir de la zone, se réunir à plus de 10 personnes, et la capacité d'accueil des lieux clos sera révisée à la baisse, selon les autorités sanitaires. Ces mesures seront réévaluées dans cinq jours.

Royaume-Uni : à Leicester, près de 1.000 nouveaux cas en quinze jours

Lundi 29 juin, le gouvernement britannique a décidé de refermer les écoles et les commerces non essentiels dans l'agglomération de Leicester, 600.000 habitants au centre de l'Angleterre. En deux semaines, près de 1.000 nouveaux cas ont été découverts. Sur la dernière semaine, cela représente 10% des cas identifiés dans tout le Royaume-Uni. Les habitants sont invités à rester le plus possible chez eux, et ce pour deux semaines au moins. 

Un coup dur alors qu'un nouvel assouplissement du confinement dans le pays démarre ce samedi 4 juillet : les coiffeurs, hôtels, musées et surtout les pubs sont autorisés à rouvrir. La veille, le Premier ministre Boris Johnson a annoncé la levée des mesures de quarantaines pour les les arrivées de touristes en provenance d'Allemagne, de France, d'Espagne et d'Italie.

Le Royaume-Uni est le pays d'Europe le plus touché par la pandémie de coronavirus, avec au moins 44.131 morts.

Portugal : Lisbonne de nouveau à l'arrêt

Alors qu'il rouvrait ce jour-là sa frontière avec l'Espagne voisine, le Portugal décidait mercredi 1er juillet de reconfiner une vingtaine de quartiers de Lisbonne, sa capitale. Alors que le Portugal faisait jusque là partie des pays européens qui avaient le mieux réussi à endiguer l'épidémie (1.587 morts), une poussée de nouveaux cas a été enregistrée à Lisbonne et ses alentours. Avec entre 300 et 400 cas en plus par jour, la région de la capitale représente 80% des foyers de contagion détectés. Le nombre de nouveaux cas recensés au Portugal a augmenté d'un tiers en juin par rapport au mois de mai.

Au total, dans ces 19 quartiers, près de 700.000 personnes sont invitées à rester confinés chez elles pendant deux semaines. Comme pendant le confinement national, les habitants ne peuvent pas sortir de leur domicile à part pour travailler, faire les courses ou se rendre chez le médecin. Dans tout Lisbonne cette fois, les marchés à ciel ouverts sont fermés, et les rassemblements limités à 10 personnes maximum. Les commerces et les cafés doivent fermer à 20h maximum. Une très mauvaise nouvelle, à l'heure du début de la saison touristique. 

Allemagne : un des deux cantons reconfiné, déconfiné

Le 23 juin, l'Allemagne annonçait le reconfinement de deux cantons en Rhénanie du Nord-Westphalie, une région très peuplée. 600.000 personnes étaient concernées. Une décision prise après l'identification d'un important foyer de contamination dans un des plus grands abattoirs d'Europe. Plus de 1.500 personnes, majoritairement des employés de cet abattoir, ont été testées positives au coronavirus. Résultat si rien n'empêchait formellement de sortir de chez soi, les habitants étaient invités à limiter drastiquement leurs contacts ; les bars, cinémas et musées ont été à nouveau fermés, les activités de loisirs en intérieur interdites.

Une semaine plus tard, ces restrictions ont pris fin dans le canton de Warendorf, où vivent 280.000 personnes. En revanche, le canton voisin de Gütersloh, 360.000 personnes, reste sous cloche jusqu'au 7 juillet par mesure de précaution indiquent les autorités. 

Ailleurs dans le monde

Aux Etats-Unis, face à la flambée du nombre de cas positifs, certains Etats ont fait marche arrière ou fait une pause dans leur déconfinement, avec notamment une fermeture des bars et des plages en Californie et en Floride. 

En Australie, des milliers de résidents de Melbourne, habitant dans plusieurs immeubles, devront rester confinés chez eux pour au moins cinq jours à compter de ce samedi 4 juillet. 

En Azerbaïdjan, un reconfinement strict a été décidé à partir du 22 juin, et jusqu'au 1er août.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.