Devant des patrons français assemblés à l'Élysée, le président de la République a présenté son plan d'investissement "France 2030". Ce plan fixe des objectifs pour les dix ans à venir dans de nombreux secteurs économiques avec l'appui financier de l'État : 30 milliards d'euros en tout.

Le président de la République Emmanuel Macron à l'Elysée le 12 octobre 2021 lors de l'annonce du plan d'investissement "France 2030"
Le président de la République Emmanuel Macron à l'Elysée le 12 octobre 2021 lors de l'annonce du plan d'investissement "France 2030" © AFP / LUDOVIC MARIN / POOL

Dans l'un de ces longs discours qu'il affectionne, debout au milieu de son public, le chef de l'État s'est livré mardi 12 octobre à l'Élysée à un exercice de planification économique générale sur une décennie. Devant 200 étudiants et patrons français, Emmanuel Macron a dévoilé un important plan d'investissements chiffré au total à 30 milliards d'euros sur cinq ans. L'esquisse de grandes orientations industrielles qui permet, à six mois des élections présidentielles, à l'actuel président de se projeter dans un second quinquennat. L'occasion aussi pour Emmanuel Macron de prendre de la hauteur dans les débats face à ses concurrents dans la course à l'Élysée, avec ce monologue de plus d'une heure et demie aux airs de programme macroéconomique. "Je suis lucide sur ma propre condition rassurez-vous", a toutefois glissé dans un sourire le chef de l'État, faisant allusion à la nécessité "démocratique" de valider certaines propositions par le scrutin présidentiel de 2022. 

La "réindustrialisation" de la France

"France 2030" prend la forme d'un plan décennal voué à répondre à une série de "défis accablants" énumérés par le président de la République au début de ses propos, parmi lesquels en particulier la "dépendance" économique de la France soulignée par la crise sanitaire qui "nous a fait toucher du doigt notre vulnérabilité" dans les secteurs de la santé comme de l'industrie. Pour dépasser ce bilan, Emmanuel Macron trace la perspective d'une économie française ordonnée dans les années à venir par un État planificateur qui aiguille par une forte dépense publique le capital privé vers des objectifs prédéfinis. 

Le chef de l'État a organisé ce plan décennal en 10 objectifs distincts, chacun se voyant allouer une part des 30 milliards d'euros du plan. Il s'agit essentiellement des secteurs de la production d'énergies, de l'automobile, de l'aéronautique et de l'aérospatial, de l'agroalimentaire, de l'industrie pharmaceutique, et de la culture. L'esprit général du plan étant la "réindustrialisation" de la France pour nous permettre de "redevenir une nation d'innovation et de recherche" qui tient son rang dans la concurrence mondiale. 

Un milliard d'euros pour le nucléaire, deux milliards pour "l'hydrogène vert"

Emmanuel Macron veut investir un milliard d'euros dans l'énergie nucléaire dont on "continuera à avoir besoin" d'ici à 2030. "L'objectif numéro un, c'est de faire émerger en France, d'ici 2030, _des réacteurs nucléaires de petite taille innovant, avec une meilleure gestion des déchets_", souhaite le président. Ces petits réacteurs modulaires, dits SMR ("small modular reactors"), sont "beaucoup plus sûrs", assure Emmanuel Macron. Leur construction est censée être plus simple que celle de l'EPR de Flamanville (Manche) qui accumule les retards et les énormes surcoûts.  

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Le chef de l'État espère par ailleurs que La France devienne "leader de l'hydrogène vert". Une énergie qui doit permettre selon Emmanuel Macron une "décarbonation de l'industrie" en général ainsi que des transports. Pour atteindre cet objectif le plan "France 2030" prévoit la construction de "deux gigafactories ou électrolyseurs" avant la fin de la décennie. 

Des perspectives pour l'automobile et l'aérien

Un autre objectif de ce plan décennal est d'atteindre une capacité de production française de deux millions de véhicules électriques et hybrides par an à l'horizon 2030. Emmanuel Macron appelle les constructeurs automobiles à œuvrer en ce sens. "Les 30 dernières années ont été cruelles pour notre industrie automobile", a-t-il déploré, souhaitant enrayer la chute des capacités de production en France : "Ce que nous ne voulons pas c’est devenir la nation qui roulera le plus vert avec des voitures qui ne sont pas produites chez nous."

Quant aux doutes qui agitent l'industrie aéronautique depuis le début de la crise sanitaire, accentués par les critiques sur la pollution émise par les avions, le président de la République compte y répondre par l'invention du "premier avion bas carbone" avec un investissement spécifique de 4 milliards d'euros.

"Améliorer la productivité" agricole

Emmanuel Macron annonce que 2 milliards d'euros seront investis pour innover dans les domaines de l'agriculture et de l'agroalimentaire. Le président veut y développer la robotique, le numérique et la génétique. L'objectif est de "continuer à produire pour nous nourrir", en améliorant la "qualité de l'alimentation" et la "compétitivité", tout "en baissant les émissions de CO2" et en sortant de "certains pesticides".

Revenir à la pointe de la recherche médicale

Par ailleurs le chef de l'État désire que l'industrie pharmaceutique comme la recherche médicale surmonte ses faiblesses soulignées par la crise du covid et notamment l'absence de production de vaccin à ARN messager en France. L'objectif en 2030 est en l'occurrence la découverte d'au moins "20 biomédicaments contre les cancers, les maladies émergentes et les maladies chroniques dont celles liées à l'âge." "C'est un objectif sur lequel nous devons concentrer tous les efforts et l'agence d'innovation en santé sera un point, à mes yeux, extrêmement important pour y arriver" a ajouté Emmanuel Macron en plaidant pour une "médecine plus prédictive, plus innovante et avec un tissu productif davantage en France".
 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix