Jennifer Lawrence, victime d'un vols de photos dénudées
Jennifer Lawrence, victime d'un vols de photos dénudées © Reuters / Eric Thayer

Il y a plusieurs manières de réagir à la fuite de centaines de clichés de stars dénudées. Faire confiance au FBI, réaliser son enquête ou blâmer les victimes.

Plus fort que les révélations d'Edward Snowden sur les écoutes de la NSA, le CelebGate, la fuite sur les réseaux sociaux de centaines de photographies de personnalités américaines dénudées. Parmi les victimes, les actrices Jennifer Lawrence et Kirsten Dunst ou encore la chanteuse Rihanna.

►►►POUR ALLER PLUS LOIN | Net plus ultra, la chronique

Apple se dédouane

Il y a donc eu des enquêtes officielles. Celles du FBI et d'Apple, la marque à la pomme montrée du doigt par les médias américains, pour de supposées failles de sécurité dans son système de cloud, iCloud. Apple se défend, il n'y a pas eu de faille de sécurité, seulement un piratage des mots de passe. Tout ce qu'il y a de plus classique.

Les internautes-justiciers

Les internautes se sont improvisés policiers. Ils sont remontés jusqu'à Bryan Hamade, un ingénieur en informatique d'Atlanta, âgé de 26 ans. Harcelé, ce pirate a été contraint de supprimer tous ses comptes sur les réseaux sociaux. Il a même donné une interview au quotidien britannique Dailymail. Il avoue avoir tenté de vendre les clichés mais dit qu'il ne les a pas volés lui-même.

Les victimes pointées du doigt (par certains)

L'épisode du CelebGate aura aussi permis de trier vos followers ou amis Facebook : entre les adeptes du "slutshaming" et les autres. Le slutshaming peut être traduit par "humiliation des salopes". Ainsi, le site Melty.fr nous aura gratifié d'un article sexiste sur jennifer Lawrence :

La jeune femme apparaît complètement dévergondée, nue et dans des positions très choquantes [...] Avant même de blâmer le hacker, on préfère remonter les bretelles des stars en question.

No comment. L’article a été supprimé et remplacé par un nouveau qui dit exactement l’inverse. Melty a fait ses excuses.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.