La période de confinement – qui a pris fin en France mais se prolonge encore, notamment aux États-Unis – a poussé les célébrités à s'exprimer presque exclusivement sur les réseaux sociaux. Entre bonnes actions et "bad buzz", qui sont celles et ceux qui auraient mieux fait de se taire... et les autres ?

Dans l'ordre : Philippe Torreton et Ricard Kolinka, l'équipe de "The Office", Booba et Ellen DeGeneres
Dans l'ordre : Philippe Torreton et Ricard Kolinka, l'équipe de "The Office", Booba et Ellen DeGeneres © Captures d'écran réseaux sociaux

Plus de spectacles, plus de films à l'affiche, plus d'émissions de télé en plateau… pendant le confinement, c'est de chez elles que les célébrités ont échangé avec le reste du monde. En France, la période de confinement obligatoire est terminée (ce qui n'est pas le cas dans d'autres pays, aux États-Unis notamment), mais en attendant une vraie reprise, les lives sur les réseaux sociaux, publications et gestes de solidarité se prolongent. 

Si l'on revient en arrière sur les quelque dix semaines hors du commun qui viennent de s'écouler, quel bilan peut-on en tirer pour les artistes et célébrités ? Qui aurait mieux fait de s'abstenir de tweeter ou de poster sur Instagram ? Qui, au contraire, a donné du baume au cœur, ou mieux encore, pendant cette période ? 

Les perdants

Les sceptiques et complotistes : Ceux qui auraient vraiment mieux fait de ne pas prendre la parole pendant cette période sont celles et ceux qui se sont montrés particulièrement sceptiques face à la nécessité de se confiner. Parmi ces artistes, l'actrice canadienne Evangeline Lilly a dû présenter des excuses publiques pour avoir expliqué, dans un post Instagram, qu'elle avait déposé ses enfants à leur cours de sport, comme d'habitude. "J'ai l'impression que l'on se rapproche un peu trop de la loi martiale, tout ça au nom d'une grippe respiratoire", avait-elle écrit. Quelques jours plus tard, elle a dû revenir sur ses propos face au nombre de commentaires négatifs qu'avaient suscités la publication. 

Dans le même esprit, une autre actrice américaine, Vanessa Hudgens (vue dans les films High School Musical) a tenu des propos surprenants dans un "live" Instagram qu'ont donc pu voir ses 39 millions d'abonnés : "Je suis désolée, mais c'est un virus. (…) Même si tout le monde l'attrape... Oui, ok, des gens en mourront. C'est terrible mais c'est inévitable". Comme Evangeline Lilly, elle a rapidement dû faire machine arrière, toujours sur Instagram, en présentant ces excuses aux personnes qui avaient été blessées par ses propos – mais plaidant le fait que ses propos avaient été "sortis de leur contexte". 

En France aussi, certains auraient dû réfléchir à deux fois avant d'appuyer sur "envoyer" : l'ex-footballeur Vikash Dhorasoo, qui a tweeté, graphique à l'appui, une prise de position sur l'utilité du confinement contre une maladie "classée 17e au rang mondial en nombre de morts". Seulement, il s'agissait de statistiques qui n'étaient pas à jour. Depuis, l'ancien sportif, qui avait fait acte de candidature aux municipales à Paris, continue régulièrement de protester contre la gestion de la crise sanitaire par les autorités sur son compte Twitter. 

De la même façon, on a vu poindre des messages aux tendances complotistes : dans un commentaire Instagram, Juliette Binoche a fait un mix étonnant de théories complotistes sur le coronavirus, évoquant à la fois la 5G, les vaccins et Bill Gates – tantôt saluée, tantôt brocardée par ses plus de 300 000 abonnés. Pour l'heure, elle n'est pas revenue sur ses propos. 

De son côté, le rappeur Booba – dont nous reparlerons par ailleurs plus tard – a lui aussi fait preuve d'un penchant pour des contenus complotistes, en partageant sur son compte Twitter un documentaire anti-vaccination. Un tweet qu'il a depuis supprimé. 

Les déconnectés : Quelle est la réaction du public quand on lui met sous le nez une vie quotidienne que chacun pourrait envier ? Forcément, il faut s'attendre à ne pas remporter l'adhésion. En France, les autrices Leïla Slimani et Marie Darrieusecq se sont attiré les foudres et les moqueries des internautes après la publication de leurs "journaux de confinement" qui apparaissaient totalement déconnectés de la réalité – notamment par rapport aux personnes en situation de précarité, ou celles confinées dans des petites surfaces sans jardin ni balcon. Chacune confinée dans une maison de campagne, elles ont vu leurs écrits détournés, parodiés, critiqués. 

Aux États-Unis, deux autres célébrités ont fait les frais de critiques similaires. L'animatrice télé Ellen DeGeneres a reçu un "bad buzz" après avoir tenté, dans sa première émission confinée, une blague qui comparait le confinement à la prison ("parce que je porte les mêmes habits depuis 10 jours et que tout le monde est gay ici")… depuis sa maison luxueuse. Certains ont par ailleurs fait remarquer que la blague était d'autant plus déplacée que de nombreux cas de Covid-19 ont été recensés en prison. Un mauvais coup pour une animatrice dont les prises de parole sont en général plutôt saluées par les réseaux sociaux.

Dans le même esprit, la chanteuse et comédienne Jennifer Lopez a publié un tweet dans lequel elle déplorait la fermeture des restaurants… "Mais le service et le divertissement sont plutôt bons" – un tweet accompagné d'une vidéo où l'un de ses enfants joue au serveur, dans un jardin verdoyant au bord d'une villa de luxe. Le commentaire d'un utilisateur résume le sentiment que beaucoup ont dû avoir en découvrant la vidéo : "On vous déteste tous". 

Les bonnes actions ratées : Et puis, il y a celles et ceux qui ont cru qu'ils avaient eu l'idée de génie pour aider la lutte contre le coronavirus… C'était sans compter sur des réseaux sociaux qui jouent un rôle de vigie permanente. Ainsi, le producteur et chanteur Pharrell Williams a diffusé un appel aux dons sur les réseaux sociaux en faveur du personnel soignant. Réponse d'Internet : avec une fortune personnelle estimée à plus de 100 millions d'euros, il aurait certainement pu faire à lui seul un don équivalent à tous ceux collectés. 

Dans un autre domaine, l'actrice israélienne Gal Gadot (connue pour son rôle de Wonder Woman au cinéma) aurait peut-être dû faire une grasse matinée le jour où elle a eu l'idée de cette chanson confinée en vidéo, dans laquelle elle reprend, avec plusieurs autres célébrités,  la chanson Imagine de John Lennon… mais sans s'accorder avec les autres participants ni sur le rythme, ni sur la tonalité de la chanson. Pas indispensable. 

Enfin, le rappeur français Vegedream a sorti un nouveau titre la semaine dernière : mais cette reprise du titre Dior de Pop Smoke, aux paroles adaptées au déconfinement, a valu à l'auteur de "Ramenez la coupe à la maison" d'être taxé d'opportunisme, en surfant sur chaque situation lui permettant de faire une chanson. 

Les gagnants

Les créatifs : Outre les centaines de concerts qui ont été donnés, sur toutes les plateformes, pendant cette période, d'autres artistes ont eu de bonnes idées, originales, qui ont permis à leurs abonnés de sortir du quotidien du confinement. Ce fut donc l'occasion de découvrir que Richard Kolinka - du groupe Téléphone - et l'acteur Philippe Torreton étaient voisins, et qu'eux aussi avaient profité de ces jours pour se donner des coups de main... artistique. 

L'autre découverte de ce confinement s'appelle... Josiane Balasko. L'actrice, très active sur Instagram, a bien amusé les internautes avec ses petites phrases et pensées, disséminées tout au long de cette période - en plus de contes, qu'elle racontait en "live" Instagram.  

View this post on Instagram

#deconfinement. Restons optimistes

A post shared by JosianeBalasko (@josianebalaskooff) on

Aux États-Unis, l'un des coups de maître vient de l'équipe de la série culte The Office qui a reproduit à l'identique l'une des scènes les plus marquantes de ce show télévisé. Une saynète confinée, tournée avec les moyens du bord, mais qui a fait mouche auprès des fans de la série... et de tous ceux qui ont vécu le confinement en télétravail… 

Les vraies bonnes actions : D'autres ont directement mis à la poche, comme Lady Gaga qui, en plus du concert confiné mondial qu'elle a organisé ("Together at home", le 18 avril), la chanteuse a aussi annoncé que pendant une semaine, 20% des revenus de sa marque de cosmétiques serait reversés aux banques alimentaires de New-York. 

Même signe de solidarité de la part d'un couple célèbre d'Hollywood : les comédiens Blake Lively et Ryan Reynolds ont annoncé un don d'un million de dollars en faveur de deux associations d'aide alimentaire aux plus démunis. 

View this post on Instagram

@feedingamerica @foodbankscanada ♥️

A post shared by Blake Lively (@blakelively) on

En Italie, la styliste et blogueuse Chiara Ferragni a engagé une collecte de fonds pour aider un hôpital milanais, qui a permis en quelques jours de récolter quatre millions d'euros. En France aussi, des collectes ont eu lieu, notamment par les vidéastes MyFly & Carlito qui ont initié un live YouTube pendant toute une journée, le 1er avril dernier, qui leur a permis de collecter quelque 400 000 euros. 

Et parce que tout n'est pas tout noir ou tout blanc, le rappeur Booba, dont nous avons déjà parlé plus haut, a aussi fait quelques bons gestes, annonçant notamment donner les stocks de sa marque de vêtements pour les recycler en masques de protection. 

Enfin, il n'est pas nécessaire de donner des millions pour faire une bonne action saluée : l'autrice et actrice Pauline Delpech a par exemple proposé, aux premiers jours du confinement, d'héberger des personnels soignants pour les aider en cas de besoin – un appel solidaire partagé plus de 6 000 fois sur Twitter. 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.