Ce dimanche, François Hollande rend hommage aux soldats morts dans l'un des épisodes les plus meurtriers de la Première Guerre mondiale, en 1917.

François Hollande lors des commémorations de la bataille du Chemin des Dames
François Hollande lors des commémorations de la bataille du Chemin des Dames © AFP / FRANCOIS NASCIMBENI / POOL

Pour la France, ce dimanche est une journée de commémoration de l'un des épisodes les plus difficiles de son histoire militaire : la bataille du Chemin des Dames. Le 16 avril 1917, le général Nivelle lance une offensive contre l'Allemagne, sur le front entre Soissons et Reims. L'attaque, censée être rapide grâce à l'utilisation des premiers chars de guerre, tourne au fiasco et s'enlise jusqu'à fin octobre de la même année. Plus d'un million d'hommes sont engagés sur les combats côté français, et la bataille est l'une des plus meurtrières de l'histoire de France : 187.000 morts côté français (et 163.000 dans les troupes allemandes).

Dans son discours d'hommage, François Hollande a appelé à ne pas seulement regarder le passé : "Nous nous tournons, justement dans cette préiode, vers nos responsabilités d'aujourd'hui, et nous repensons aux institutions et aux actes qui ont garanti la paix depuis 70 ans (...). L'Europe a su nous prémunir de la guerre et des conflits, préservons-la plutôt que de vouloir en faire le bouc-émissaire de nos renoncements".

Une première en 100 ans

Cent ans après la bataille, pour la première fois, le président de la République est venu commémorer cet épisode également marqué par de nombreuses mutineries : "Ce centenaire doit permettre de réintégrer pleinement dans la mémoire nationale de la Grande Guerre celle du Chemin des Dames, trop longtemps marginalisée et dans l'ombre de Verdun, de la Somme et de la Marne", déclarait l'Elysée. Pour l'occasion, c'est aussi la première fois qu'a été chanté lors d'une cérémonie officielle la "Chanson de Craonne", chant de ras-le-bol des soldats, longtemps censuré :

Samedi, vingt-quatre heures avant ces cérémonies officielles, François Hollande a également reçu à l'Elysée 28 tirailleurs sénégalais, auxquels il a attribué la nationalité française qu'ils avaient perdue avec l'indépendance des colonies françaises.

Hommage et recueillement

Les commémorations ont commencé à l'aube ce dimanche matin par une marche commentée de 5km a traversé le Plateau de Californie, à quelques kilomètres du village de Craonne. C'est là, à l'arrivée du Président vers 9h30, qu'a été interprétée la Chanson de Craonne par un chœur. Les cérémonies se sont poursuivies à la caverne du Dragon, qui accueille le Musée du Chemin des Dames où une sculpture réalisée par l'artiste Haïm Kern doit être dévoilée.

Après une Marseillaise et un recueillement au cimetière militaire allemand aux côtés de l'ambassadeur d'Allemagne en France, la cérémonie officielle a vu le film "Année 1917" projeté, avant une allocution de François Hollande qui dévoilera également une plaque commémorative. Les commémorations officielles prendront fin à la mi-journée, mais dimanche soir, une veillée du souvenir est prévue dans plus de 280 communes du département de l'Aisne.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.