La fin de l'opération Sangaris est programmée pour cette année. Mi-janvier déjà, lors de ses voeux aux armées, François Hollande avait annoncé un désengagement "rapide" de la force française. "L'objectif c'est que l'opération (...) militaire, s'arrête" a confirmé ce dimanche Jean-Yves Le Drian. Un "processus démocratique" est en cours en Centrafrique a précisé le ministre de la Défense, évoquant l'élection prochaine d'un président.

300 militaires resteront sur place

Les effectifs français, qui s'élèvent à 900 soldats actuellement devraient être ramenés à environ 300 soldats. Mise en oeuvre en décembre 2013, après le renversement du président Bozizé et en réaction aux affrontements meurtriers entre milices musulmanes et groupes d'auto-défense chrétiens,l'opération Sangaris a mobilisé jusqu'à 2.500 militaires . Depuis, les Nations unies ont déployé parallèlement une force de quelque 10.000 hommes, la Minusca. Elle aide notamment à sécuriser les élections en vue d'une transition politique en Centrafrique.

L'opération Sangaris a été entâchée de plusieurs scandales sexuels . Plusieurs soldats sont soupçonnés d'avoir violés des enfants centrafricains. Vendredi, l'ONU avait porté de nouvelles accusations à l'encontre de soldats français. Plusieurs enquêtes ont été ouvertes.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.