Le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a annoncé ce dimanche vouloir rapatrier les deux tiers des soldats français actuellement déployés en Centrafrique dans le cadre de l'opération Sangaris, d'ici la fin de l'année.

La fin de l'opération Sangaris est programmée pour cette année. Mi-janvier déjà, lors de ses voeux aux armées, François Hollande avait annoncé un désengagement "rapide" de la force française. "L'objectif c'est que l'opération (...) militaire, s'arrête" a confirmé ce dimanche Jean-Yves Le Drian. Un "processus démocratique" est en cours en Centrafrique a précisé le ministre de la Défense, évoquant l'élection prochaine d'un président.

300 militaires resteront sur place

Les effectifs français, qui s'élèvent à 900 soldats actuellement devraient être ramenés à environ 300 soldats. Mise en oeuvre en décembre 2013, après le renversement du président Bozizé et en réaction aux affrontements meurtriers entre milices musulmanes et groupes d'auto-défense chrétiens,l'opération Sangaris a mobilisé jusqu'à 2.500 militaires . Depuis, les Nations unies ont déployé parallèlement une force de quelque 10.000 hommes, la Minusca. Elle aide notamment à sécuriser les élections en vue d'une transition politique en Centrafrique.

L'opération Sangaris a été entâchée de plusieurs scandales sexuels . Plusieurs soldats sont soupçonnés d'avoir violés des enfants centrafricains. Vendredi, l'ONU avait porté de nouvelles accusations à l'encontre de soldats français. Plusieurs enquêtes ont été ouvertes.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.