De TikTok à Disney+, et de Vinted à Geovelo, l'année 2020, si particulière, a vu les usages de nos smartphones et tablettes se métamorphoser. Entre confinements et déconfinements, de nouvelles utilisations, et donc de nouvelles applis, ont fait surface.

Parmi ces applis que l'on attendait pas en 2020, "Tous anti covid", permettant de tracer les contacts des cas positifs à la Covid
Parmi ces applis que l'on attendait pas en 2020, "Tous anti covid", permettant de tracer les contacts des cas positifs à la Covid © AFP / Riccardo Milani / Hans Lucas

Comment le smartphone, outil dédié à la mobilité, a-t-il trouvé sa place dans une année où "restez à la maison" a été le mot d'ordre ? Cette année, de nouveaux usages, personnels comme professionnels, de cet outil numérique, ont fait surface. Et avec eux, de nouvelles applications, certaines nées en 2020, d'autres beaucoup plus anciennes, qui ont connu un envol ou une seconde jeunesse grâce à ces mesures de restrictions. 

TikTok, le phénomène de 2020

C’est assurément l’une des applications qui a le plus fait parler en 2020. Née en 2016, l’application était jusqu’ici cantonnée à un micro-phénomène pour les ados. Avec le confinement, l'application aux courtes vidéos musicales et aux "challenges" innombrables, hypnotique et virale, a explosé et a franchi le cap du milliard de membres. 

TikTok a aussi marqué l'année pour l'interminable feuilleton de son implantation aux États-Unis : l'administration Trump, très méfiante vis-à-vis de cette application chinoise – qui a notamment servi à déstabiliser l'un de ses meetings de campagne, a demandé le rachat de ses activités sur le sol américain par une entreprise américaine, sous peine d'interdire l'application. Aujourd'hui, les négociations se poursuivent encore, mais TikTok est toujours autorisé aux États-Unis. 

Zoom (ou Teams), les emblématiques des métamorphoses de 2020

Les applications favorisant le télétravail sont évidemment celles qui ont pris une dimension toute neuve en 2020. Avec les confinements successifs, et l'incitation à rester chez soi, y compris pour travailler, de nouveaux modes de communication se sont mis en place dans le monde de l'entreprise, et en premier lieu la visioconférence. Ainsi, Zoom, appli presque confindentielle début 2020 (elle comptait 10 millions d'utilisateurs dans le monde), a bondi pour atteindre 300 millions à la fin du premier confinement. 

Face à elle, d'autres dispositifs ont été développés, en particulier Microsoft Teams, solution plus complète (mais plus compliquée) proposée par Microsoft en particulier à destination des entreprises – là où Zoom a aussi eu une dimension ludique, pour l'organisation des "apéros à distance" du confinement. 

TousAntiCovid, celle qu'on n'attendait (vraiment) pas

L’application dont on aimerait qu’elle ne soit là qu’en 2020, tant elle est liée à la situation de crise sanitaire que traverse le monde. Initiée quelques semaines après le déconfinement (sous le nom "StopCovid" d'abord), l'application est d'abord présentée comme une appli de "contact traçing", censée notifier les personnes ayant été en contact avec des cas testés positifs. Mais le peu de téléchargements et de nombreuses contraintes techniques, liées notamment à l'utilisation de la technologie Bluetooth, en ont fait un échec. 

Relancée à l'automne, elle a pris un nouvel essor avec le deuxième confinement, en servant notamment de support aux attestations de sortie. Désormais, près de 12 millions de personnes l'ont activée. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

AmongUs, le jeu au succès surprise

En 2019, le nombre de personnes qui avaient Among Us pouvait se compter sur les doigts de la main… et pourtant, ce petit jeu multijoueur est sorti en 2018. Le concept est simple, et proche de celui du célèbre jeu du "loup-garou" : vous faites partie de l'équipage d'un vaisseau spatial, et parmi vous se cachent un ou plusieurs imposteurs. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

A chaque fois que l'un des joueurs, au beau milieu d'une tâche à effectuer, est tué par un imposteur, les membres de l'équipage se réunissent et choisissent d'éliminer l'un des leurs. Le succès surprise de ce jeu, permis notamment par sa popularité sur la plateforme de streaming Twitch, lui a permis, à certains moments cet automne, de talonner voire de dépasser les géants que sont Minecraft et Fortnite.  

Géovelo, l'amie des coronapistes

Probablement l'une des plus anciennes applications mentionnées dans cet article (elle a été créée en 2010), et l'une de celles dont l'usage s'est le plus répandu en 2020. Géovélo est en quelque sorte l'équivalent de l'application GPS Waze, mais dédiée exclusivement au vélo : elle inclut les pistes cyclables, les itinéraires spécialisés et dispose d'un compteur d'activités. Avec la multiplication des "coronapistes" au moment du déconfinement, et plus généralement de la promotion du vélo à la place des transports en commun pour faciliter la distanciation physique, les applis dédiées au vélo telles que celle-ci ont pris leur envol. 

Bumble et le dating confiné

Drôle d'année pour les célibataires : finie la possibilité d'aller boire un verre en terrasse pour faire connaissance – ou alors, le faire masqué lorsque bars et restaurants ont ouvert, avant de refermer. Les applications de rencontres se sont adaptées à la situation en proposant des fonctionnalités "spéciales confinement" et notamment des fonctions de rencontre en vidéo. 

Au milieu des applications déjà bien installées, comme Tinder ou Meetic, une autre a fait son petit chemin en 2020 : fondée dès 2014, Bumble se distingue par un système où seules les femmes peuvent envoyer le premier message (dans le cas des discussions entre personnes de sexe différent). Autre particularité, elle peut aussi vous permettre de chercher des amis… ou des employeurs.

Vinted, la folie de l'occasion

Venue de Lituanie et créée en 2008, Vinted a terminé l'année sur une levée de fonds colossale (128 millions d'euros) et n'a cessé de se développer en 2020, année pendant une partie de laquelle le commerce en ligne a été boosté par le confinement – et alors même qu'au début du confinement, Vinted a suspendu son activité pour s'adapter aux normes sanitaires. Ainsi en France, le site de vente et d'achat d'objets de seconde main, essentiellement des vêtements, compte plus de 12 millions d'utilisateurs. 

Disney + (et tous ses amis)

Lancée à l'automne 2019 aux États-Unis, l'application de streaming de Disney était très attendue en Europe. Elle l'a été encore plus quand le confinement est arrivé, quelques jours après son lancement. En un an, elle a conquis quelque 73 millions d'abonnés dans le monde, avec une offre mêlant le catalogue de Disney (incluant Pixar, Star Wars, Marvel, etc.) et des créations originales – ainsi que, pandémie oblige, des films destinés à l'origine à une sortie en salles, comme Mulan cet automne ou Soul, disponible vendredi.

Disney+ est loin d'être la seule plateforme à bénéficier du confinement : toutes les plateformes de vidéo en streaming par abonnement, Netflix, Amazon Prime Video, ou la française Salto, ont aussi surfé sur la situation pour gagner des abonnés. 

Les lecteurs de podcasts : replays et émissions inédites

L'autre grande tendance de l'année, c'est l'essor toujours plus fort du podcast, à la fois comme mode d'écoute des émissions de radio en "replay" mais aussi désormais pour découvrir des émissions inédites, dites "podcasts natifs" ou "originaux". A côté des applications de streaming telles que Spotify et Deezer, qui intègrent désormais pleinement les podcasts, Radio France a également mis à jour son application pour en faire un lecteur de podcasts permettant l'accès à l'intégralité des émissions du groupe de radio publique – et des autres groupes du service public (France.tv, Arte, RFI, l'Ina).