Comment les publicitaires utilisent des notes, des couleurs, des paroles pour nous toucher ? Quelle est la recette d'une signature musicale réussie ?

 Saga PUB Géant Vert™ : Les bronzés - 1988 (capture d'écran)
Saga PUB Géant Vert™ : Les bronzés - 1988 (capture d'écran)

Dans l'émission Grand Bien Vous Fasse, Ali Rebeihi et ses invités sont revenus sur le storytelling des publicités alimentaires, ce qu'elles nous racontent et comment afin de nous séduire. La voix du publicitaire s'opposait évidemment souvent à celles des chercheurs, notamment concernant la notion de bonne ou mauvaise publicité.

Il ne s'agira pas ici de débattre sur le sujet. En revanche, une chose est sûre, certaines d'entres elles nous sont bien restées en tête (et le resteront pour toujours très certainement). Et ceci grâce à un ingrédient, trop souvent négligé ou pas assez utilisé par les publicitaires : la musique. Alors histoire de vous faire chantonner pour encore quelques temps, petit passage en revue des ces sagas de pub chantées qui ont bercé plusieurs générations.

L'ami du petit déjeuner

Le soleil vient de se lever, et c'est évidemment à l'ami Ricoré qu'il faut penser. Ce type qui sort de nulle part et qui se met les pieds sous la table au petit déj', le rêve de toute famille qui se respecte. Et pour cela les publicitaires ont fait appel à la voix doucereuse de Corinne Hermès, rien de moins que la gagnante de l'Eurovision en 1983 (pour le Luxembourg évidemment, la France ayant déjà profité des sucettes d'Annie) et aux harmonies d'André Georget (collaborateur entre autres de Bashung, Aufray...)

L'ami du vert (et des OGM)

Dans la catégorie bienveillance, on pense aussi à Géant Vert, vous savez cette version agricole de Hulk qui à défaut d'être l'un des super héros les plus forts et les plus résistants du monde vous promet de faire manger du maïs à vos enfants. Il n'en est pas moins l'un des personnages publicitaires les plus connus au monde avec Ronald McDonald. Son fameux "Ho Ho Ho" légendaire et sa bonhomie gourmande nous chatouillent les tympans depuis la fin des années 20.

L'ami du surgelé

Une gamme qui descend, un poisson carré avec les yeux dans les coins et beaucoup de sciure comme le disait Coluche : heureusement il y a Findus pour nous apprendre les rudiments du solfège (et désapprendre à tous les enfants l'existence des nageoires) dès 1962. Depuis le cheval s'est invité dans l'histoire de la marque, incitant aux détournements les plus inventifs. Et poussant surtout son équipe marketing à revoir le fameux slogan en "Naturellement il y a Findus." Naturellement.

L'ami du cochon

Parce que manger des knackis c'est aussi simple que de faire des ricochets, Herta a choisi de ne pas chantonner son slogan. Mais la marque nous visse quand même sa signature "musicale" dans les hémisphères à l'aide d'une flûte de pan tout droit sortie d'un bon vieux synthé des années 80. Une mélodie certes rudimentaire mais qui semble évoquer un ailleurs plus exotique, et dont on doit la paternité à Pierre Bachelet.

L'ami des années 80

Ce n'est peut-être pas celle qu'on préfère, mais force est de constater la terrible efficacité de la MAAF. En véritable hommage aux années 80, cette saga convoque une partie du casting de la célèbre émission Palace (et cette scène culte du client qui cherche à coincer le directeur), mais aussi ses décors, chorégraphies... le tout emballé dans une version revisitée de "C'est la ouate" de Caroline Loeb. Il hésita, mais finalement accepta : Jean-Michel Ribes aux manettes pour signer l'un des plus grands succès de saga publicitaire des dernières années.

L'ami des pubs

Comment évoquer la musique de pub, sans passer par l'incontournable Richard Gotainer ? Celui-là même qui nous a fait baguenauder dans les pâturages avec Belle des champs, emblématique pub des années 80, dont l'imagerie dessin animé un peu figé lui donnerait 20 ans de plus. Une meule de fromage qui en a marqué plus d'un et que certains amateurs cherchent encore à retrouver dans les rayons de leur (feu) codec.

Aller plus loin

Écoutez les Fausses pubs de France Inter signées François Audoin.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.