Ce mardi, la messagerie instantanée Yahoo Messenger cessera définitivement de fonctionner, pour les derniers internautes à l'utiliser. Mais savez-vous si ces sites, très utilisés dans les années 2000, existent encore ?

MSN a longtemps été un des plus importants logiciels de messagerie instantanée
MSN a longtemps été un des plus importants logiciels de messagerie instantanée © AFP

Annoncée début juin, la fermeture du service Yahoo Messenger, l'une des plateformes de messagerie instantanée les plus populaires, à l'époque où les services comme Facebook Messenger ou WhatsApp n'existaient pas encore, sera effective ce mardi. "Nous nous concentrons sur la création et l'introduction de nouveaux outils de communication passionnants qui répondent mieux aux besoins des consommateurs", expliquait Yahoo sur son site lors de l'annonce de la fermeture, sans pour autant proposer d'outil alternatif.  

Ce service rejoint donc la longue liste des sites qui, depuis plusieurs années, ont fermé, dépassés par de nouveaux outils, de nouveaux usages, et qui n'ont pas su s'adapter aux transformations rapides du web. Si certains, Google en tête, ont réussi à évoluer en même temps que le web, beaucoup sont tombés dans l'oubli... mais certains d'entre eux existent encore ! 

Saurez-vous deviner si ces sites web existent encore ou s'ils ont définitivement fermé leurs portes ? 

1 – Altavista 

Bien avant Google, pour faire une recherche sur Internet, la référence avait un nom beaucoup plus hispanisant : Altavista. Un moteur de recherche très populaire pour réussir à indexer une bonne partie du web (et à l'époque, une vingtaine d'ordinateurs suffisaient), et l'un des premiers moteurs de recherche à débarquer en français.  

Capture du site AltaVista
Capture du site AltaVista / Capture d'écran

Il n'existe plus aujourd'hui : l'histoire d'AltaVista est celle d'un lent déclin. D'abord rapidement dépassé par Google qui se montre plus pertinent, il est racheté par Yahoo en 2004. Sa nouvelle maison-mère en fait une coquille vide, qui fonctionne en réalité avec le même moteur de recherche que le portail Yahoo, nommé "Yahoo Search". En 2013, le service a été totalement interrompu.   

2 – Skyblog 

Les Skyblogs et leur esthétique toute particulière, à base de gros caractères, de fonds animés, de couleurs criardes et de "jtm trop". Si vous avez eu entre 13 et 16 ans dans la décennie 2000, vous avez certainement déjà consulté (voire alimenté) l'un de ces blogs initiés par le patron de la radio Skyrock, Pierre Bellanger. Des sites extrêmement faciles à alimenter – et c'est tout ce qui a fait leur succès.  

Capture du site Skyrock
Capture du site Skyrock / Capture d'écran

Les skyblogs existent encore ! Les utilisateurs ont grandi et délaissé Skyblog (devenu depuis Skyrock.com), mais le site et ses blogs existent toujours ! Aujourd'hui inspiré des recettes des réseaux sociaux (on peut y avoir des amis et partager des posts), il est toutefois loin de sa place la plus prestigieuse à l'époque, celle de 8e réseau social dans le monde.  

3 – MySpace 

Autre phénomène de la décennie 2000 : MySpace. Le réseau social musical, créé en 2003, était devenu en quelques années incontournable, à la fois pour les artistes et les groupes qui souhaitaient saisir leur chance, et pour les fans. Rapidement, MySpace a dépassé la simple sphère musicale. En 2005, c'était le quatrième site le plus consulté au monde. Mais l'arrivée de Facebook a tout basculé.  

Sur MySpace, chacun devenait ami avec Tom, le cofondateur du site (et son unique photo)
Sur MySpace, chacun devenait ami avec Tom, le cofondateur du site (et son unique photo) / Capture d'écran

Oui, vous pouvez toujours avoir votre MySpace... mais il n'y a plus beaucoup d'activité sur le site, en tout cas côté français. Vendu au magnat Rupert Murdoch, puis à la multinationale Time Inc., MySpace a lancé en 2013 une nouvelle formule, "New Myspace".  

4 – MSN Messenger 

Encore un incontournable, si vous avez eu moins de 30 ans dans les années 2000 (et même au-delà) : MSN Messenger, le premier logiciel de messagerie instantané qui s'est imposé au grand public. Historiquement lié à Hotmail, la messagerie de Microsoft a compté jusqu'à 330 millions d'utilisateurs. Petit à petit, ses services s'étaient étendus, notamment à la visioconférence. 

Adieu les wizz, MSN Messenger n'existe plus. Devenu Windows Live Messenger, le logiciel a petit à petit été gobé par un autre géant de la messagerie, racheté par Microsoft : Skype. En avril 2013, MSN a été progressivement désactivé.  

5 – Copains d'Avant 

Avant Facebook, quand vous vouliez garder contact avec vos camarades de promo à la fac ou retrouver vos amis d'enfance, il n'y avait qu'une solution : Copains d'Avant. Ce site, réseau social avant l'heure, permettait de retrouver ses anciens camarades en fonction des écoles, des classes dans lesquelles vous étiez.  

L'une des pages d'accueil de Copains d'Avant
L'une des pages d'accueil de Copains d'Avant / Capture d'écran

Oui, vous pouvez toujours retrouver vos copains d'école ! Repris par "L'internaute", le site existe toujours, et s'est inspiré petit à petit de Facebook, ajoutant à ses fonctions l'identification dans les photos, le fil d'actualité, etc.  

6 – Le tchat Voilà 

On vous parle d'un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître, celui où la communication instantanée se faisait exclusivement sous forme de texte, et la plupart du temps avec des personnes que vous ne connaissiez pas. Sur le site voila.fr, filiale de France Télécom (puis Orange), des salons de discussion thématiques et la possibilité de basculer en conversation privée. L'ancêtre de la drague sur Internet ! 

Capture d'écran d'un salon de conversation de Voila.fr
Capture d'écran d'un salon de conversation de Voila.fr / Capture d'écran

ASV ? C'est fini ! Même si, aujourd'hui, plusieurs sites se revendiquent comme étant le "Tchat Voilà", le véritable "tchat" de Voilà.fr a disparu en même temps que ce portail multimédia (tout droit venu d'un temps où l'on parlait de "portails multimedia"), désactivé définitivement fin 2016. 

7 – Chatroulette

Sa notoriété fut courte mais intense : en 2010, le monde entier se passionne pour Chatroulette, un site qui se propose de mettre en relation via leur webcam deux utilisateurs, piochés au hasard. Outre cette fenêtre vidéo, le site ne compte qu'un seul bouton, permettant de passer à la personne suivante. Terrain de jeu pour les exhibitionnistes sexuels, il a aussi égayé la créativité des internautes. 

Chatroulette existe toujours ! La page est toujours active et il reste possible de s'y connecter. Reste à savoir combien d'utilisateurs s'en servent encore. 

8 – Chez.com 

Avant les youtubeurs, les réseaux sociaux, avant même les blogs, si vous souhaitiez vous exprimer sur Internet, il fallait passer par une "page perso", ou un site web propre. Et Chez.com était l'un des principaux opérateurs à proposer l'hébergement de ces pages, face à d'autres sites bien connus comme Multimania. 

Oui, Chez.com existe encore ! Malgré une histoire mouvementée, Chez.com propose toujours de créer son site personnel "à l'ancienne" : en 2000 le fournisseur d'accès Liberty Surf rachète le site et lui donne son nom. Puis Liberty Surf est lui-même racheté par Tiscali, puis par Alice, puis par Free. Depuis 2008, le site, alternativement devenu "Liberty Surf pages perso", "Tiscali pages perso" et "Alice pages perso", est devenu Chez.com.  

9 – Lycos 

Tout le monde se souvient de ce chien noir à qui, à longueur de publicités, on demandait "Lycos, va chercher !". Lycos était l'un des principaux concurrents des autres moteurs de recherche comme Google et Yahoo, et proposait aussi de très nombreux services (rencontres, messagerie électronique, pages internet, etc.) 

Aujourd'hui, Lycos sait toujours aller chercher. Et c'est tout. Le moteur de recherche existe toujours, mais le portail qui y était associé a, quant à lui, disparu. Restent quelques fonctions disponibles, comme Tripod, qui fut longtemps l'un des sites les plus utilisés pour créer des pages personnalisées. 

10 – CaraMail

Aux débuts d'Internet en France, Caramail était l'un des sites les plus utilisés pour la messagerie électronique. Se transformant (lui aussi) en portail web, il a rapidement été racheté par Lycos. Une étape difficile pour le site, qui a pâti de nombreux problèmes techniques. A l'époque, Caramail s'était lancé avec une campagne de pub... surprenante. 

Caramail est revenu d'entre les morts ! Après une tentative avortée de relance en 2007, en 2009, un opérateur allemand a racheté les noms de domaine que possédait Caramail. Si le nom officiel du nouveau service est GMX, il reste possible de se créer une adresse contenant le nom caramail.fr (ou caramail.com).  

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.