Alors voilà, c’est un peu l’histoire de Shéhérazade à l’hôpital. Une patiente est en phase terminale, dans la chambre numéro 7, au cinquième étage. Un interne en médecine s’est attaché à elle. Il tente de la faire s’accrocher à la vie, de retarder un peu la fin, en lui racontant tous les jours des histoires. Des histoires qui se passent juste là, dans les chambres d’â côté, aux urgences de ce petit hôpital d’une ville française. La « femme oiseau de feu » - c’est le surnom de cette malade parce qu’elle avait une magnifique crinière rousse, avant de ne plus avoir de cheveu du tout - écoute les histoires et en redemande, toujours plus. Plus de rire, plus de larmes, plus de belles histoires.

Baptiste Beaulieu est interne en médecine. Rien à voir avec Philippe et Margaret de Beaulieu, qui étaient à votre écoute coûte que coûte, lui est un VRAI médecin! De son travail quotidien aux urgences d’Auch, dans le Gers, il avait fait un blog, qui a rencontré un succès fulgurant. Et c’est aujourd’hui devenu un livre, publié chez Fayard. « Alors voilà, les 1001 vies des urgences ».

Alors voilà, Baptiste n’a pas grand-chose, mais il a des histoires. Plein d’histoires à raconter à la « femme oiseau de feu ». L’histoire de cette étrange loi des séries, par exemple, qui impose aux urgences des jours à thèmes : il y a le jour à arrêts cardiaques, le jour des petits vieux, le jour des fémurs cassés et celui des AVC. L’histoire, incontournable, de ce monsieur qui a introduit un stylo dans son urètre. « Oui, docteur, mais c'est un stylo ergonomique ! » L’histoire encore de ce jeune homme qui explique benoitement que c’est lui qui prend la pilule contraceptive quand sa compagne oublie de la prendre… et qui ne comprend pas pourquoi on le regarde avec des yeux ahuris.

- Vous LA prenez ? Vous voulez dire, dans la bouche ? Vous l'avalez ?!

- Ben oui par la bouche ! C'est pas des suppositoires quand même !

__ Baptiste Beaulieu raconte son quotidien et celui ses collègues aux surnoms magnifiques. On fait la connaissance de Frottis, une autre interne en médecine, celle de chef Viking et chef Pocahontas. Il y a aussi Poussin, le chirurgien orthopédiste et Chef Gueulard, que tout le monde déteste.

Autant vous prévenir, c’est souvent très triste. Mais c’est une lecture obligatoire, mesdames et messieurs ! Parce qu’on a tous de fortes chances de se retrouver aux Urgences un jour, pour une raison ou pour une autre. Si on tombe sur un type comme Baptiste, ce super-héros en blouse blanche, ce sera effectivement une chance. Lecture obligatoire parce que ce livre construit une passerelle indispensable faite d’humour, de naïveté et de lucidité entre les soignés et les soignants. Entre ceux qui sont couchés et ceux qui les relèvent.

« Alors voilà, les 1001 vies des Urgences », de Baptiste Beaulieu (Fayard).

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.