Ce dimanche, c'est la Journée internationale de lutte contre l'homophobie et la transphobie, sur fond d'avancées et de recul des actes homophobes. Focus sur une association qui utilise la chanson pour parler d'homosexualité.

En 2014, selon les derniers chiffres de SOS Homophobie, les actes homophobes ont reflué de 38% par rapport à 2013 (2197 témoignages en 2014, contre 3517 en 2013). Mais l'association le précise bien vite : 2013 fut une année noire pour ce combat, une année "de libération de la parole homophobe" liée aux débats sur le mariage pour tous.

Ce lundi, ça fera exactement deux ans que la loi sur le mariage pour tous a été promulgée et publiée au Journal Officiel. Au même moment, le projet "Les funambules" voyait le jour.

Le reportage en musique de Julie Pietri

1 min

"Des histoires d'amour qui marchent, qui marchent pas, des histoires de parents qui acceptent ou pas"

L'idée, c'était de lutter contre l'homophobie en musique. Un projet porté au départ par un homme, le compositeur Stéphane Corbin.

L'idée, c'était de raconter tellement de destins qu'à un moment, tout le monde puisse se reconnaître, ou reconnaître son frère, sa soeur, son père, son ami... Tout ça à travers la chanson, un art populaire, qui permet de toucher le maximum de public. Les chansons, ce n'est pas un acte politique direct, mais elles entrent dans la vie des gens.

Au total 200 artistes (auteurs, musiciens, interprètes) ont participé au projet.

► ► ► ÉCOUTEZ | Les morceaux de l'association Les Funambules, sur leur site

Avec un double album à la clé, mais aussi une récompense : le Prix des internautes contre l'homophobie et la transphobie, remis dans le cadre de la 4e édition du prix Le Refuge / Institut Randstad.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.