Files d'attente, ruptures de stock, le dernier Charlie Hebdo, signé par les rescapés de l'attentat, est paru mercredi matin en suscitant un véritable engouement populaire.

Depuis quelques jours, les kiosquiers français avaient reçu une avalanche de réservations et s'attendaient à être dévalisés. C'est exactement ce qui s'est passé ce mercredi matin, dès 5h00.

Au métro de Belleville, dans le 19ème arrondissement de Paris, par exemple, un kiosquier avait 150 exemplaires à 6h00. Mais il avait déjà été dévalisé à 6H30 même en ayant limité les achats à deux exemplaires par personne.

Et c'est comme ça dans la pluspart des points de vente à paris et en région.

Mathilde Dehimi était à 6h00 devant l'un des kiosque de la gare Saint Lazare à Paris dévalisé en quelques minutes.

Les 400 exemplaires en vente dans la gare sont partis en quelques minutes.

Les points de vente seront approvisionnés tous les jours jusqu'au 19 janvier et le journal devrait rester en vente plusieurs semaines. On annone même ce mercredi matin un tirage à cinq millions d'exemplaires au lieu de trois.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.