Il était surnommé « l'Hélicoptère » Ou bien « la Toupie »... ou « le Bulldozer » Affolant les femmes du RPR Il portait merveilleusement le blazer Il tournait sans cesse comme un derviche Il passait son temps à taper des bises A mater les loches, à mater les miches On l'appelait « 3 minutes douche comprise » Mais à 78 ans, il est un peu patraque Il n'a plus rien à voir avec Goldorak Il serait sourd comme un pot, pauvre monsieur Chirac La vieillesse est parfois vraiment démoniaque C'était un guerrier, un grand conquérant Capable de tuer... tous ses concurrents Et capable aussi... d'être assez marrant Il avait la bière comme carburant Mais dans le salon de l'Agriculture Cette année, il n'est resté que deux heures Et chez lui, par crainte des courbatures Il somnole devant son téléviseur Car à 78 ans, il a fait une attaque Et depuis il y aurait le feu au lac Paraît même que ça yoyotte sous sa casaque Dans sa tête c'est un étonnant micmac Aujourd'hui les affaires le rattrapent Il aurait détour... né des fonds publics On ne peut pas tout... passer à la trappe Faut rendre des comptes à la République Il comparaitra devant la justice Pour cette veille histoire' d'emplois fictifs Après tout, la prison vaut bien l'hospice Mais faut-il lui chercher des poux dans les tifs ? Car à 78 ans, sa mémoire est en vrac Et parfois ça rend Bernadette élégiaque Il passe ses nerfs sur elle et lui planque ses sacs On ne le reconnaît plus, Monsieur Chirac Sur les photos, son regard est absent Comme s'il avait déjà quitté terre Il n'est plus le grand Condor bondissant Il s'est envolé, notre « Hélicoptère »

La « Poésie du Jeudi » du 24.02.11 dans le « 5/7 Boulevard » :

5 min

Chirac s'est envolé

Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.