Le gouvernement lance un comparateur officiel de tarifs d'EHPAD, pour aider les personnes âgées et leurs proches à faire leur choix. Un peu court, selon certains professionnels.

Une maison de retraite à Brion dans le Maine-et-Loire (photo d'illustration)
Une maison de retraite à Brion dans le Maine-et-Loire (photo d'illustration) © Maxppp / Josselin CLAIR

Après le comparateur de prix de l’essence dans les stations-services, et celui des frais bancaires, le gouvernement et la CNSA (Caisse nationale de solidarité pour l'autonomie) lancent ce mercredi un comparateur officiel de tarifs des maisons de retraites en France.

L’idée reste la même, apporter plus de simplicité et de transparence à un secteur très concurrentiel, pour aider les français dans un choix souvent cornélien.

En pratique, les personnes âgées et leurs proches, au moment d’envisager un placement en maison de retraite, peuvent en principe trouver sur le site toutes les informations qui leur permettront de faire un choix adapté et éclairé.

7441 EHPAD référencés

Le site était déjà en ligne depuis 2015, mais la nouveauté, c’est donc ce comparateur de tarifs en ligne : on y choisit le type d’établissement souhaité, le secteur géographique, et la liste des différentes offres apparaît, prix (indicatif) à l’appui. On peut ensuite sélectionner les deux ou trois établissements qui conviennent le mieux au critère de chacun, et calculer le reste-à-charge, la somme qu’il faudra payer de sa poche chaque mois, après déduction des aides publiques (APL, ALS, ASH, APA…) dont on pourra bénéficier. Le comparateur en ligne répertorie déjà les offres de 7441 EHPAD à travers le pays.

Une manière de s’y retrouver dans la jungle des tarifs, des prestations sociales et des services, payants ou pas, remboursés ou pas, que proposent les différents EHPAD.

Le site permet également, à la fin de la recherche, de télécharger le dossier de demande d’admission pour l’établissement sélectionné.

Le prix ne fait pas tout

En permettant aux consommateurs de comparer tous les prix, l’Etat espère forcer les opérateurs privés qui gèrent les EHPAD à pratiquer des tarifs clairs et raisonnables. Une manière de réguler la concurrence.

Mais pour l’AD-PA (l’association des directeurs au service des personnes âgées), ce comparateur ne propose pas une aide vraiment fiable aux multiples interrogations et angoisses des personnes âgées et de leurs proches au moment de choisir un hébergement spécialisé : « On ne veut pas comparer que les prix, ça ne dit rien de la qualité du service proposé derrière », explique son président Pascal Champvert, qui plaide plutôt pour la mise en place d’une classification, comme le système des étoiles dans l’hôtellerie, en fonction du niveau de prestation.

Pascal Champvert rappelle surtout le principal problème selon lui: en France les personnes âgées et leur famille supportent 60% du coût de fonctionnement des EHPAD. A titre de comparaison, les usagers payent 20% de ce coût dans les crèches et 2% à l'hôpital. Et face à ce problème-là, fondamental, la mise en place d'un comparateur de tarifs en ligne fait figure de gadget.

Accompagner le marché du vieillissement

Le gouvernement, lui, rappelle que la gestion de l'autonomie des personnes âgées est une priorité pour la France: en 2030, les français de plus de 60 ans seront plus de 20 millions, contre 15 millions actuellement. Les plus de 85 ans seront 5 millions en 2060 contre 1,4 millions en 2015. Le secteur économique de l'hébergement spécialisé connaît donc un essor considérable, que l'Etat veut accompagner, même s'il rappelle que seul une personne sur trois, passé 85 ans, est en perte d'autonomie.

Le vieillissement de la population en quelques statistiques
Le vieillissement de la population en quelques statistiques © ministère des Affaires Sociales (capture d'écran)
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.