Les premiers paquets neutres sont arrivés chez les buralistes fin 2016 et depuis le 1er janvier 2017 la vente des paquets classiques est interdite.

Malgré le paquet neutre, les ventes de cigarettes remontent
Malgré le paquet neutre, les ventes de cigarettes remontent © Maxppp / PhotoPQR / Midi Libre / Sylvie Cambon

Les ventes de cigarettes avaient augmenté de 1% en 2015 avant de diminuer de 1,2% en 2016. Le recul des ventes de l'an dernier, les buralistes l'attribuent surtout aux achats de cigarettes de contrebande ou à l'étranger. Les professionnels de santé assurent eux que cette baisse, accentuée sur les mois de novembre et décembre de 2016, est liée à l'arrivée du paquet neutre dans l'Hexagone.

L'augmentation des ventes constatée au premier trimestre 2017 est réelle, mais due à la comparaisons entre deux périodes qui ne sont pas identiques en termes de jours ouvrables. Logista France qui a un quasi-monopole des livraisons des 25 000 bureaux de tabac français annonce avoir remis 10,82 milliards de cigarettes aux buralistes entre le 1er janvier et le 31 mars, contre 10,67 milliards à la même période en 2016, ce qui représente une hausse de 1,4%. Mais le nombre de jours de livraison est plus important en 2017. En données comparables, le nombre de cigarettes livrées est en légère baisse (-1,7%). Autre cause identifiée de cette hausse, la nécessite de "refaire son stock uniquement en paquets neutres", selon Gérard Vidal, le président des buralistes hauts-garonnais.

Le reportage à Toulouse de Frédéric Bourgade

Les cigarettiers ont immédiatement réagi à ces premiers chiffres depuis la mise en place totale du paquet neutre . "A ce stade, il n'y a aucun indicateur qui montre l'effet du paquet neutre" sur la consommation de cigarettes en France, selon Eric Sensi-Minautier, directeur de la communication chez British American Tobacco, propriétaire de marques comme Lucky Strike et Dunhill.

Son de cloche totalement différent du coté du Professeur Dautzenberg, pneumologue investi dans la lutte contre le tabagisme. Pour lui le paquet neutre a une visée totalement différente : "nous n'attendions pas que le paquet neutre fasse baisser les ventes de cigarettes. Nous attendons plutôt un ralentissement de l'initiation des jeunes, se retrouvant perdus face au mur de paquets identiques chez leur buraliste".

Le prix est-il le vrai nerf de la guerre ?

Refus de la dépendance, interdictions dans les lieux publiques, cigarette électronique, les raisons d'arrêter de fumer sont nombreuses. L'une d'elle est évidemment le prix, surtout pour les plus jeunes.

Entre 2005 et 2011, les prix ont peu augmenté et le niveau global des ventes de tabac est resté relativement stable. S'est ensuite amorcé une nette tendance à la baisse jusqu’en 2014, en raison de hausses successives du prix, porté à 7 euros pour la marque la plus vendue. Le maintien de ce prix au même niveau depuis 2014 s’est accompagné d’une stabilisation des ventes de cigarettes. La baisse observée en 2016 a juste compensée la hausse enregistrée en 2015.

Pour le Pr Dautzenberg, "il est avant tout nécessaire de jouer sur les taxes, de manière à faire augmenter le prix du paquet de cigarettes. C'est ce que devra entreprendre le prochain président de la République". Certains candidats à la présidentielle tels qu'Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon se sont déclarés favorables à un paquet de cigarettes à 10 euros dès 2017, quand François Fillon et Marine Le Pen s'y opposent.

En France, ce sont les fabricants de tabac, et non l'Etat, qui fixent les prix de vente aux consommateurs, même si les taxes diverses en représentent plus de 80%. La dernière hausse notable et généralisée des prix du tabac dans l'Hexagone remonte à 2014.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.