Pour Silvio Berlusconi, la semaine n'a pas été bonne. Lundi, les Italiens lui ont dit « non ». Ils ont répondu « non » à ses référendums. Il a donc essuyé « un désaveu ». Autrement dit « un échec ». Ou plus précisément « un cinglant désaveu » et « un cuisant échec ». En langage journalistique, un désaveu est forcément « cinglant ». Et un échec forcément « cuisant ». Ce sont des automatismes. C'est comme ça. Ça vient sans réfléchir. Ce sont des mots qui vont ensemble. Et on les essuie. Comme la table de la cuisine après le petit-déjeuner. On essuie les « cinglants désaveux » et les « cuisants échecs »...

Ce qu'on fait rarement avec les victoires. On n'essuie pas les victoires. Les victoires, on les décroche. Ou on les remporte. Souvent « à l'arrachée ». Ou bien « à la Pyrrhus ». Ou alors « haut la main ». Grâce à son excellent coup droit, Nadal a battu Federer « haut la main » à Roland-Garros... Et, du coup, Federer a dû essuyer un « cuisant »... revers – cuisant, ça marche aussi avec « revers ». Mais pas avec coup droit. Les coups droits ne sont jamais « cuisants »... Jamais non plus « à la Pyrrhus ». Pyrrhus ne jouait pas au tennis. Contrairement à ma cousine, qui, elle, a un très bon revers, mais qui vient, une nouvelle fois, de rater son permis de conduire. « Tu te rends compte, m'a dit ma grand-mère : quel désaveu pour la famille ! » « Quel cinglant désaveu ! », ai-je précisé, très journalistiquement, avant de dresser de ma cousine un portrait « sans complaisance ». Dans les médias, quand on nous parle de portraits, il s'agit toujours de portraits « sans complaisance »... Dans son film 'Une séparation', le cinéaste Asghar Farhadi dresse un portrait « sans complaisance » de la société iranienne. Ou peut dire aussi « sans concession ». Un portrait « sans concession ». Voire un portrait « au vitriol » ou « au scalpel »... Mais pas « au forceps », ça c'est pour les accouchements. A la télé comme à la radio, tous les accouchements se font d'ailleurs « au forceps ». Y'a jamais de césarienne et jamais d'accouchement par le siège. Uniquement des accouchements « au forceps »... Quand le candidat des Verts sera désigné, on parlera d'un accouchement « au forceps »... Quand Jean-Louis Borloo sortira un programme, si ça arrive un jour, on parlera d'un accouchement « au forceps »... Et lorsque Luc Ferry sortira un nouveau bouquin de philo, on parlera a priori… d'un « échec cuisant ». Un échec cuisant « par le siège »... Du reste, dans les journaux, il y a d'autres mots qui vont, comment ça, toujours ensemble : les émeutes sont toujours « sanglantes », les cessez-le-feu sont toujours « fragiles », les opposants toujours « farouches », les partisans toujours « farouches » - c'est pareil, les minorités sont toujours « visibles », les déceptions toujours « cruelles », les cyclistes toujours « dopés », les ambiances toujours « bon enfant », les caractères toujours « bien trempés », les interventions de la police toujours « musclées » et les populations toujours « sous le choc ». Ça, c'est quand on nous raconte les drames. Une contamination au steak haché surgelé. Un accident de la route. Les pompiers arrivent toujours très vite et la population est toujours « sous le choc ». Même si une cellule « psychologique » a été mise en place. La fameuse cellule psychologique. Y'a une cellule qui se ballade dans l'air, comme ça. Elle n'est pas physique. Elle est psychologique. Et hop ! On la met en place pour que la population soit un peu moins « sous le choc ». Comme l'était ma cousine quand elle a su pour le steak haché surgelé. Elle m'a appelé hier soir. Elle était paniquée. C'est ce qu'elle avait mangé le midi. Elle adore ça, les steaks hachés. « Alors bon, tu comprends, m'a-t-elle confié, pour moi c'est un revers au forceps ! D'autant que je les mange toujours crus ? » Toujours crus ? Qui l'eût... imaginé ? « Des tartares surgelés, c'est pas bon, lui ai-je dit, avant de lui donner ce conseil avisé : les steaks, dorénavant, tu les manges cuisants. » Chronique (Gimmick) du 17.06 dans l'émission "Comme on nous parle" :

{% video b96eab7e-9be4-11e0-b8ee-842b2b72cd1d %}

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.