Le 1er mai, fête du Travail, tombe cette année un mardi. La tentation pourrait être grande de trouver une bonne excuse pour extraire votre progéniture de l'école le temps d'une journée, et vous accorder un week-end de quatre jours. C'était sans compter sur Franceinter.fr, qui désamorce les meilleures excuses.

Ce lundi est-il le jour parfait pour l'école buissonnière ? On vous prouve le contraire.
Ce lundi est-il le jour parfait pour l'école buissonnière ? On vous prouve le contraire. © Maxppp / Philippe Turpin / Beneluxpix

C'est bien connu : le mois de mai, avec ses nombreux jours fériés, est propice à la multiplication des ponts. Tels des petits faiseurs de miracles, les écoliers sont nombreux à enjamber un lundi ou un vendredi, souvent aidés (voire poussés) par leurs parents. Fête du travail, Victoire de 1945 ou Ascension, le début du mois de mai est propice à l'école buissonnière.

Et ce lundi, la situation est encore plus favorable : pour les habitants de la zone C, c'est aussi la fin des vacances de printemps. La tentation est grande de marquer le pont pour prolonger de près d'une demi-semaine vos vacances ? Il va falloir trouver la bonne excuse. Amis enseignants, Franceinter.fr vous aide à déceler les prétextes trop gros pour fonctionner. Et amis élèves et parents, on vous aide à voir quelles excuses ne marcheront pas. Jamais. 

1 – "La grève des trains de la SNCF a empêché Julie de revenir de son week-end chez ses grands-parents en Normandie"

Pourquoi ça pourrait marcher : C'est certainement la meilleure excuse que l'on puisse trouver, la mieux ancrée dans l'actualité. On vous reconnaitra au moins le soin d'avoir ouvert un journal pour chercher votre prétexte. Avec des prévisions de un TGV sur deux et un Intercités sur trois, ce dimanche est encore une journée compliquée pour les voyageurs qui doivent prendre le train. 

Pourquoi ça ne marchera pas ? Les grévistes de la SNCF sont plus malins que vous : avec leur calendrier de grève de deux jours tous les cinq jours, ils ponctuent leur grève de jours travaillés (ou l'inverse). Résultat : si ce dimanche risque bel et bien, pour ceux qui devraient rentrer de vacances, d'être long comme un jour sans train, ce ne sera pas le cas lundi, où le trafic devrait être (à peu près) normal. La petite Julie pourra donc sauter dans le premier train pour être à l'heure au collège. 

2 – "Julien est victime de son grave rhume des foins et ne pourra pas venir en cours ce lundi"

Pourquoi ça pourrait marcher : Le Réseau national de vigilance aérobiologique est formel : dans plus de la moitié des départements du pays, le risque d'allergie est élevé à très élevé. A l'approche de la journée mondiale de l'asthme, qui est prévue le 1ermai, votre progéniture pourrait donc avoir le nez trop mal en point pour venir en cours. Et l'excuse se tient : 20 à 30% de la population sont touchés par les allergies. 

Pourquoi ça ne marchera pas : Vérifiez bien le diagnostic de l'allergologue du petit Julien, il pourrait vous jouer des tours. Le pic d'allergies est certes atteint partout… mais seulement pour les pollens de bouleaux. Si votre enfant est allergique aux platanes ou aux graminées, il va falloir encore un peu attendre (à moins d'être dans le sud-ouest, où la pollenisation des graminées a commencé). Et comme l'ensemble de la flore de cette planète vous en veut, cette pollinisation va arriver, dans la moitié nord du pays, après le 10 mai. Vous n'aurez pas droit à un seul pont du mois de mai.

3 – "Nous avons choisi de défiler pour le 1er mai, et les séances de préparation des banderoles ne nous permettront pas d'amener Valeria en cours"

Pourquoi ça pourrait marcher : C'est le grand classique, les manifestations du 1ermai sont une bonne occasion de ne pas aller travailler. Et, ça tombe bien, le 1ermai est férié. Quel que soit votre bord politique d'ailleurs, vous aurez le choix de votre manifestation. La CGT annonce un rassemblement à Paris et dans une bonne partie des grandes villes de France. Une autre manifestation, libertaire et révolutionnaire, est prévue dans le 19earrondissement ; et en parallèle, Florian Philippot (et Geneviève de Fontenay) ont appelé à une manifestation patriote – distincte du rassemblement du FN, qui aura lieu cette année à Nice. Avec toutes ces occasions, il y a effectivement de quoi préparer vos banderoles et pancartes. 

Pourquoi ça ne marchera pas : Vous avez oublié un élément clé : depuis plusieurs années, les organisations mettent à disposition de leurs militants des kits de visuels et d'affiches sur leurs sites Internet et leurs réseaux sociaux. Ne nous faites pas croire qu'un coup d'imprimante et de découpage vous prendra la journée de lundi, vous aurez bien le temps de faire un atelier travaux manuels avec la petite Valeria en fin de journée, au retour de l'école. 

4 – "Le nouveau jeu vidéo d'Olivier a déclenché chez lui une vocation d'ingénieur en BTP, nous l'avons d'ores et déjà inscrit aux Ponts et chaussées"

Pourquoi ça pourrait marcher : L'argument se défend. Avec la sortie vendredi de Nintendo Labo (que nous avons testé sur France Inter), hybride entre le jeu vidéo et le jeu de construction, votre petit Olivier lâche enfin de temps en temps l'écran de sa console de jeux pour avoir de vrais passe-temps et construire qui un piano mélodieux, qui une petite maison mignonne, qui un robot destructeur capable d'abattre des villes. Ce serait bête de ne pas profiter d'une telle vocation pour mettre en route son parcours professionnel sans avoir à passer par la case conseiller d'orientation. 

Pourquoi ça ne marchera pas : Ce serait infaillible si Olivier n'avait pas sept ans et demi et ne terminait pas son année de CE1. Tout au plus, vous pouvez tenter de l'inscrire à un atelier origami ou macramé. Pour les Ponts et chaussées, il lui faudra repasser (son bac d'abord). 

5 – "Il fait trop beau pour travailler, ce serait dommage de ne pas en profiter, Emmanuel ne sera donc pas en cours aujourd'hui"

Pourquoi ça pourrait marcher : C'est malin, de surfer ainsi sur le patrimoine musical français pour vous trouver une excuse. En citant Les Parisiennes, vous toucherez peut-être le cœur de votre instituteur amoureux de la chanson française des années 1960 (et lui rappeler au passage que le groupe culte fait son retour en mai à Paris, avec quatre nouvelles chanteuses). Selon la sensibilité de votre enseignant, vous pouvez aussi tenter le coup avec "Aujourd'hui peut-être, ou alors demain", de Fernand Sardou. 

Pourquoi ça ne marchera pas : Dommage pour vous, si l'argument chanson française peut prendre, l'argument météo joue contre vous. Lundi et mardi, Météo France annonce un mauvais temps assez généralisé sur tout le pays. Neuf départements ont même été placés en vigilance orange aux orages dans le nord-est, et trois autres pour les inondations, dans le centre du pays. Finalement, le petit Emmanuel se portera peut-être mieux en cours à réviser la factorisation que dans le jardin sous la pluie. 

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.