claude bartolone réitère son appel à une confrontation avec berlin
claude bartolone réitère son appel à une confrontation avec berlin © reuters

Le président socialiste de l'Assemblée nationale prône une interdiction pure et simple et la mendicité des adultes avec des enfants mineurs. Deux semaines après les propos de Manuel Valls, la question des Roms semble toujours hanter la gauche.

L'intégration des Roms pour l'un, la mendicité des mineurs l'autre : difficile de ne pas rapprocher les propos de Manuel Valls de ceux, dimanche sur radio J, de Claude Bartolone.

Il y estime d'abord qu'il faut aider les familles qui permettent à leurs enfants d'être scolarisés régulièrement à s'intégrer dans la société française.

Mais, il faut aussi selon lui "interdire la mendicité d'adultes qui le font avec des enfants mineurs".

Lorsque vous avez des journées entières, des mères en particulier, avec des enfants en bas âge, il y a des choses qui ne peuvent pas être acceptées. Les collectivités locales savent [comment les aider], il y a l'aide sociale à l'enfance, un certain nombre de structures qui permettent de prendre en compte ce genre de choses.

Le Code Pénal prévoit déjà en partie cette situation. Dans son article 227-15, il précise que "le fait de maintenir un enfant de moins de six ans sur la voie publique ou dans un espace affecté au transport collectif de voyageurs, dans le but de solliciter la générosité des passants" peut être considéré comme une privation de soin, passible de sept ans d'de prison et 100.000 euros d'amende.

Après l'accrochage entre le ministre de l'Intérieur Manuels Valls et sa collègue du Logement Cécile Duflot, à propos des Roms, François Hollande a exigé mercredi dernier de son Premier ministre qu'il coordonne mieux la communication du gouvernement.

Le chef de l'Etat a rappelé que la politique française envers les Roms mêlait fermeté et humanité, avec démantèlement des campements illégaux et insertion des populations concernées "quand les possibilités et les volontés existent".

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.