[scald=70805:sdl_editor_representation]PARIS (Reuters) - Le Parti socialiste juge honteuses lundi les déclarations du ministre de l'Intérieur de Nicolas Sarkozy faisant état d'un contrôle policier en 2006 sur Dominique Strauss-Kahn dans le bois de Boulogne, haut lieu de la prostitution.

Depuis son retour en France début septembre, l'ancien patron socialiste du Fonds monétaire international (FMI), mis hors-course politiquement par son arrestation à New York en mai pour une agression sexuelle présumée sur une femme de chambre, est en butte à la justice sur plusieurs autres affaires de nature sexuelle.

Le directeur de campagne de François Hollande, candidat PS pour 2012, a vivement répliqué sur LCI au ministre de l'Intérieur Claude Guéant.

"La méthode de Claude Guéant, elle est méprisable, c'est de la basse police, un ministre de l'Intérieur qui va fouiller dans les poubelles, qui trouve des fichiers, qui se comporte comme un barbouze. C'est une honte", a-t-il dit.

"Cet espèce d'acharnement lamentable (...) montre que cette droite est prête à tout, à tous les discrédits. Nous rendrons coup pour coup, mais nous ne tomberons pas dans cette fosse à purin", a-t-il ajouté.

L'entourage de Dominique Strauss-Kahn parle d'un contrôle de police de routine et nie implicitement tout lien avec des prostituées.

Après l'abandon des poursuites aux Etats-Unis, Dominique Strauss-Kahn est rentré en France le 4 septembre, où le parquet de Paris a classé sans suite pour prescription, tout en jugeant les faits avérés, une autre plainte déposée par l'écrivain Tristane Banon pour une agression sexuelle en 2003.

Une instruction menée à Lille a par ailleurs mis au jour des voyages avec des prostituées en 2010 et 2011 à Paris et aux Etats-Unis au profit apparent de Dominique Strauss-Kahn, organisés par des entrepreneurs locaux, qui sont écroués pour proxénétisme, et un policier.

Thierry Lévêque, édité par Benjamin Massot

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.