Le quotidien régional Le Progrès a scandalisé ses lecteurs et les réseaux sociaux en publiant des statistiques de la délinquance dans le Rhône... par nationalité des auteurs. Illégal et raciste, pour les internautes qui l'ont repéré.

C'est une simple photo, prise par un journaliste de La Tribune, qui a tout déclenché. Sur cette page tirée du quotidien Le Progrès, un article sur la délinquance dans le département du Rhône. Mais surtout, une petite infographie où le journal a fait un classement des différents types de délits et crimes, associés aux "nationalités" qui les commettent le plus souvent.

En quelques minutes, l'illustration fait le tour du web, et les réactions indignées se multiplient. Certains dénoncent des statistiques ethniques, strictement illégales en France. Mais

, avocat et utilisateur influent de Twitter, rien ne dit qu'il s'agit de statistiques. En revanche, il y aurait bien

.

Nationalité toxicomane

Autre élément qui a fait bondir les "twittos" : les approximations sur les "nationalités" évoquées par le document. On y trouve certes "Bulgares", "Roumains" ou "Marocains"... Mais aussi des nationalités qui n'en sont pas, comme "Roms", "gens du voyage" ou le particulièrement flou "Africains".

Selon Rue 89, le mouvement des "jeunes socialistes" réclame des excuses du quotidien dans un communiqué. SOS Racisme envisagerait également de déposer une plainte auprès du Procureur de la République.

Le journal, qui a publié en fin de journée un droit de réponse et parlant d'informations "sorties de leur contexte", explique dans l'article avoir "interrogé les services de police, de gendarmerie et des douanes qui [leur] ont donné les grandes tendances basées sur leurs observations et les arrestations". Fin 2013, des statistiques de la police judiciaire portaient aussi sur les "filières" de la délinquance en France.

A Lyon, le reportage de Christophe Vincent

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.