Le 27 octobre 2005 à Clichy-sous-Bois, en Seine-Saint-Denis, Zied et Bouna, deux adolescents de 17 et 15 ans, mourraient électrocutés dans un transformateur EDF, après une course-poursuite avec la police.

Ce fut le point de départ de violentes émeutes partout en France.

Cinq ans plus tard, le volet judiciaire de l'affaire n'est toujours pas clos. Le parquet a fait appel lundi 25 octobre du renvoi en correctionnel des deux policiers.

Et la situation sociale à Clichy ne s'est pas vraiment améliorée.

Les promesses d'alors ont-elles été tenues ?

Ce qui frappe lorsqu’on arrive à Clichy-sous-Bois c'est le bruit des bulldozers et des marteaux piqueurs. La ville est en chantier, elle change peu à peu de visage grâce à la rénovation urbaine.

Des tours délabrées ont été détruites. A leur place, des logements plus bas, plus conviviaux sont construits.

__

Le logement, c’est l’un des points positifs pour Claude Dilain, le maire PS de Clichy-sous-Bois (Géraldine Hallot)

2 min

Clichy-sous-Bois 5 ans après / Claude Dilain

Du mieux aussi en termes de transports. D'ici 2015, la ville sera raccordée au tramway T4.

«Maintenant on a un commissariat mais toujours pas de Pole emploi»

La rénovation urbaine, si ambitieuse soit-elle, ne concerne que 7 000 habitants sur 30 000. Et surtout elle ne règle pas tous les autres problèmes, le chômage surtout.

Il atteint 20% à Clichy, le double dans certains quartiers.

Samir Mihi est le président de l'association "Au delà des mots". Pour lui la priorité c’est « l’humain », c’est à dire l’accès à l’emploi et la lutte contre la discrimination dans cette ville ou 40% des jeunes de moins de 25 ans sont au chômage.

Samir Mihi (Géraldine Hallot)

2 min

Clichy-sous-Bois 5 ans après / Samir Mihi

L'un des quartiers rénovés de Clichy-sous-Bois
L'un des quartiers rénovés de Clichy-sous-Bois © Radio France / Clichy

«On part avec deux handicap : on est "rebeu" et en plus on vient de Clichy sous Bois»

L’emploi est toujours le problème numéro un à Clichy. Pour s'en rendre compte il suffit d'aller au lycée Alfred Nobel. Les élèves ont déjà du mal à décrocher un stage, alors quand il s’agit de trouver un travail... Car depuis les émeutes, l'étiquette « Clichy-sous-Bois » fait peur aux employeurs.

Achour Mechmache a 19 ans, il est en bac pro électricité. Il y a 15 jours, tiré à quatre épingles, il avait rendez-vous dans une entreprise d’Aubervilliers pour un stage. Tout s’est bien passé tant qu’il n’a pas dit d’où il venait.

Achour Mechmache (Géraldine Hallot)

55 sec

Clichy-sous-Bois 5 ans après / Mechmache

Pour casser l'image actuelle de la ville et symboliser ses nouvelles ambitions, Clichy-sous-Bois se paye le luxe d'un rêve fou : accueillir une Villa Médicis bis dans la tour Utrillo, un ancien immeuble de bureaux, promis à la démolition.

Claude Dilain et Xavier Lemoine, le maire UMP de Montfermeil font le pari d’un espace culturel qui hébergerait des artistes et serait ouvert aux habitants au cœur de la cité des Bosquets.

Crédit photos

bandeau © Philippe Minisini/Fotolia

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.