Après la Suède, la Belgique, la Suisse, les Pays-bas et le Royaume Uni, des jeunes se sont mobilisés pour le climat en France ce vendredi. Partout en Europe la jeunesse fait grève des cours ou manifeste dans la rue pour réclamer un changement de système de production et entamer une vraie transition écologique.

Arpès Bruxelles, les jeunes se sont mobilisés pour le climat à Paris et à Londres le 15 février 2019
Arpès Bruxelles, les jeunes se sont mobilisés pour le climat à Paris et à Londres le 15 février 2019 © AFP / Ben Stansall

À Paris, ils réclament un état d'urgence écologique

Des étudiants se sont réunis ce vendredi après-midi devant le ministère de la transition écologique à Paris. D'autres actions étaient prévues en région. François de Rugy s'est "félicité de la mobilisation des jeunes" pour le climat même s'il ne soutient pas le principe d'une grève des cours.

Jeunes manifestants devant le ministère de l'Ecologie à Paris
Jeunes manifestants devant le ministère de l'Ecologie à Paris © AFP / Jacques Demarthon

Plusieurs centaines de jeunes se sont assis en tailleur sous les fenêtres du ministère de l'Ecologie. Brune Poirson, secrétaire d'État, auprès du ministre d'État de la Transition écologique et solidaire, mégaphone en main, s'adresse à la jeunesse : "Derrière les portes de ce ministère vous n’avez que des alliés, pas des adversaires. Je suis d’accord avec beaucoup de vos revendications. Cette transition écologique doit être aussi solidaire. Il faut que nous la fassions ensemble" .                      

La secrétaire d'État a proposé de recevoir des lycéens et étudiants venus devant le ministère lui lire un manifeste pour le climat. "Venez. Je suis ici pour discuter avec vous". Après avoir d'abord décliné l'invitation, trois organisateurs sont finalement en train de discuter avec Brune Poirson. Parmi leurs revendications, ils réclament un "état d'urgence écologique" et appellent le gouvernement à "s'aligner sur l'Accord de Paris" avec une "réduction annuelle de 4 % d’émissions de gaz à effet de serre".

Clin d’œil à la chanson "Paris s'éveille" de Jacques Dutronc  sur les pancartes des jeunes manifestants pour le climat à Paris
Clin d’œil à la chanson "Paris s'éveille" de Jacques Dutronc sur les pancartes des jeunes manifestants pour le climat à Paris © AFP / Jacques Demarthon

Le groupe des élus écologistes de Paris s'est joint à la manifestation des jeunes et a souhaité sur Twitter longue vie au mouvement, en citant cette déclaration : "Nous, la jeunesse, sommes né.e.s dans un modèle de société mondialisée responsable de la catastrophe environnementale et sociale actuelle, et c’est notre futur qui se dérobe sous nos yeux". Bravo, ce n'est qu'un début. Longue vie au mouvement. #GrevePourleCLimat

Des centaines de manifestants devant le ministère de l'Ecologie à Paris
Des centaines de manifestants devant le ministère de l'Ecologie à Paris © AFP / Jacques Demarthon

À Londres ils occupent la place du Parlement 

Des centaines d'écoliers ont entamé une "grève" pour prendre le contrôle de la place du Parlement dans une manifestation contre le changement climatique. Les enfants de tous les âges scandaient "Sauvez notre planète", étaient encouragés par l'allumage des fusées éclairantes et l'escalade de statues à l'ombre de Big Ben, appelant à l'action et sensibilisant à ce problème.

Jeunes manifestantes dans le centre de Londres pour inciter les élus à s'inquiéter de la dégradation du climat et de l'environnement
Jeunes manifestantes dans le centre de Londres pour inciter les élus à s'inquiéter de la dégradation du climat et de l'environnement © AFP / Ben Stansall
"Ne grillez pas notre futur" scandent les jeunes manifestants à Londres
"Ne grillez pas notre futur" scandent les jeunes manifestants à Londres © AFP / Ben Stansall
Les jeunes Britanniques au sommet d'un bus touristique, lors d'une manifestation sur le changement climatique organisée par «Youth Strike 4 Climate»
Les jeunes Britanniques au sommet d'un bus touristique, lors d'une manifestation sur le changement climatique organisée par «Youth Strike 4 Climate» © AFP / Ben Stansall
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.