17,5% des lycéens disent fumer quotidiennement des cigarettes, contre 23,2% en 2015, selon une étude publiée ce mardi. Si la consommation de cannabis baisse également, la cigarette électronique a de plus en plus de succès et la consommation d'alcool reste quasi-stable. Chez les collégiens, les chiffres sont en baisse.

Entre 2015 et 2018, la consommation de tabac et de cannabis a baissé chez les collégiens, mais la cigarette électronique a de plus en plus de succès (illustration).
Entre 2015 et 2018, la consommation de tabac et de cannabis a baissé chez les collégiens, mais la cigarette électronique a de plus en plus de succès (illustration). © AFP / PASCAL PAVANI

La clope à la sortie des cours est-elle en train de devenir has been ? L'étude EnCLASS de l'Observatoire français des drogues et toxicomanie (OFDT), réalisée par Internet auprès de 20 000 jeunes de mars à juin 2018, montre que la consommation de tabac baisse peu à peu chez les collégiens et les lycéens.

Que ce soit la consommation quotidienne, la cigarette occasionnelle (plusieurs fois dans le mois) ou l'exceptionnelle (on parle ainsi d'expérimentation), tous les chiffres sont en baisse par rapport aux dernières enquêtes, saufs ceux de la cigarette électronique, de plus en plus populaire chez les jeunes.

Un peu plus d'un collégien sur cinq dit avoir déjà "essayé" la cigarette, avec une accélération entre la cinquième et la quatrième, note l'étude dévoilée ce mardi. Si la moitié des lycéens disent avoir déjà essayé, ils ne sont plus que 17,5% à dire fumer quotidiennement (14% en seconde, 21,5% en terminale), contre 23,2% en 2015. En trois ans, la consommation occasionnelle a également baissé de cinq points et demi. L'enquête montre également, qu'au lycée, garçons et fille ont des pratiques similaires en ce qui concerne la cigarette.

Cette baisse de la consommation de tabac est couplée d'une baisse de celle de cannabis : un tiers des lycéens disent avoir déjà fumé au moins un joint (6,7% des collégiens), contre 44% en 2015. Si la consommation régulière augmente légèrement, les consommations occasionnelles (dans le mois ou dans l'année) sont en baisse. Dans le même temps, de plus en plus de lycéens se mettent à la cigarette électronique : plus de la moitié ont déjà essayé, contre 35,1% en 2015.

La moitié des lycéens ont déjà été ivres

Si les comportements évoluent vis-à-vis du tabac ou du cannabis, pour l'alcool, les écarts ne sont pas statistiquement significatifs, selon l'étude. Au collège, trois élèves sur cinq disent avoir déjà bu un verre d'alcool. Au lycée, ils sont 85%, contre 86,6% en 2015.

Au lycée, si la consommation "classique" d'alcool est en légère baisse entre 2015-2018, l'alcoolisation plus poussée est en légère augmentation, comme en témoigne les chiffres de l'alcoolisation ponctuelle importante, c'est à dire le fait d'avoir bu au moins cinq verres d'alcool lors d'une même occasion). Par ailleurs, la moitié des lycéens disent avoir déjà été ivres (49,5% contre 50,5% en 2015), 9,3% l'ayant été dès le collège.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.