Alors que la consommation reprend ses droits librement dans les rayons des supermarchés, petit inventaire (qui en dit long) des produits à succès pendant le confinement, mais aussi de ceux qui se retrouvent à nouveau sur nos listes de courses.

Parmi les produits d'hygiène les plus plébiscités durant le confinement, les colorations pour les cheveux et les crèmes dépilatoires ont tiré leur épingle du jeu
Parmi les produits d'hygiène les plus plébiscités durant le confinement, les colorations pour les cheveux et les crèmes dépilatoires ont tiré leur épingle du jeu © AFP / Jc Milhet / Hans Lucas

Si les débuts du déconfinement ont été marqués par une période de stockage hors-norme et un grand vide au rayon papier-toilette ou farine des supermarchés, d'autres produits ont connu leur moment de grâce pendant ces deux mois de mise à l'isolement forcé de la population : colorations capillaires en boite ou produits dépilatoires ont notamment permis de sauver les apparences pendant cet épisode où certains ont pourtant tout misé sur la couleur du jogging.

Montagnes russes au rayon hygiène

La crise sanitaire a ainsi profité à ces produits des rayons hygiène-beauté dans les magasins ( 30% pour le chiffre d'affaires selon les chiffres du cabinet Nielsen), stockés la semaine qui a précédé le confinement, pendant laquelle la consommation des Français a fait un bond...avant un (logique) grand creux de deux mois (-12,5%), pour finalement rebondir ces dernières semaines et dépasser les chiffres des premières semaines de mars ( 35,2%). 

Une douche, un masque, et au travail

À l'inverse, on note une certaine tendance au laisser-aller avant que ne sonne le retour au travail à travers ces chiffres: les gels douche (-18%, 25%), les déodorants (-37%, 9%), les shampoings (-19%, 26%), les dentifrices (-19%, 20%) et le maquillage des yeux (-57%, 7%).

Quant au chiffre d'affaires des masques, chirurgicaux et en tissu, vendus dans la grande distribution, il a atteint 94 millions d'euros entre le 4 et le 24 mai, contribuant à hauteur de 16% à la croissance des produits de grande consommation durant cette période.

Sobriété pendant le confinement, tequila à la sortie

Contrairement aux autres pays, aux Etats-Unis par exemple, les Français ont été plutôt sobres pendant le confinement, les rayons alcools ayant été peu pris d'assaut accusant même une baisse de 4,3%.

Les produits apéritifs ( 2% pendant le confinement, 22% après) et les chips ( 1%, 16%) n'ont pas rameuté les foules, alors que les alcools ont connu des destins contrastés: les bières ( 9%, 36%) et les boissons anisées ( 2%, 24%) ont plus ou moins maintenu leurs ventes, tandis que la tequila (-14%, 40%) et le champagne (-51%, 4%) ont subi d'étonnants hauts et bas.

Le rayon alcool a réalisé sa meilleure journée le samedi 9 mai avec 45 millions d'euros dépensés en vue de "célébrer" le déconfinement le 11 mai: 30% pour les bières par rapport à la moyenne des samedis du confinement, 74% pour le champagne et 32% pour les autres vins pétillants.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.