François Hollande à Oyonnax pour la commémoration du 11 novembre
François Hollande à Oyonnax pour la commémoration du 11 novembre © REUTERS/Robert Pratta

Après les Champs-Élysées et ses huées, François Hollande est à Oyonnax, dans l'Ain, pour un déplacement destiné à mettre en résonance les 70 ans de la libération de la France et des 100 ans de la Grande Guerre.

Le 11 novembre 1943, alors que le régime de Vichy interdit toute commémoration de l'armistice de 1918, trois sections d'une quarantaine d'hommes, des maquisards de l'Ain et du Haut-Jura, défilént, drapeau tricolore en tête, jusqu'au monument aux morts de la ville. Ils déposent une gerbe en forme de croix de Lorraine portant l'inscription "Les vainqueurs de demain à ceux de 14-18".

Le retentissement de cette action est considérable . Un journaliste l'immortalise par un article et quelques photos publiées dans un journal de la Résistance. Quelques semaines plus tard, la presse britannique et américaine s'empare de cette histoire et titre "L'esprit de la France vit encore".

Cet évenement est, pour François Hollande, l'occasion de dire que la République ne doit jamais "rien laisser passer face aux haines, aux intolérances, aux extrémismes, au racisme".

Dans son intervention à Oyonnax, le chef de l'Etat a estimé que la République exigeait de "ne jamais céder devant les pressions d'où qu'elles viennent".

François Hollande

A Oyonnax de nouveaux siffflets

Dans une ambiance chaleureuse - malgré quelques sifflets, à l'arrivée et notamment à sa sortie de la mairie d'Oyonnax après la cérémonie - François Hollande a serré longuement des mains et salué d'anciens résistants. Agé de 89 ans aujourd'hui, l'un d'entre eux, "Jo" dans la Résistance, regrettait les manifestations hostiles au président mais certains n'ont pas hésité à siffler le Président à son passage tandis que certains brandissaient des pancartes barrées du slogan "Hollande dégage".

A Oyonnax, Cyril Graziani

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.