Connaissez-vous le "Front de libération du Liptonic" ? C'est un groupe Facebook qui vient de se créer pour protester contre la nouvelle recette de la boisson pétillante à base de thé. Les internautes ont-ils créé ce groupe par ennui, dans un instant de blues ? Oui sûrement, mais ils ne l'avoueront pas.

Front de libération du Liptonic
Front de libération du Liptonic © Capture d'écran

Plus de 4 000 statuts sont partagés sur Facebook chaque seconde, ils sont postés par plus d'un milliard d'utilisateurs dans le monde qui fonctionnent avec des groupes. Les groupes réunissent des internautes qui veulent échanger sur un sujet en particulier : "Râler à Dieppe, mourir à Venise", "Manger bio et pas cher", etc. Parmi tous ces groupes, le Front de libération du Liptonic vient tout juste de se créer.

2 min

Le Front de libération du Liptonic

Par Christine Siméone

Ce groupe a pour fonction de rassembler les adeptes du véritable Liptonic, et de contester la nouvelle recette. "Par le nombre d’âmes désœuvrées par cette situation, et rassemblées dans un seul et même groupe, l’objectif est de convaincre la marque de recouvrer la raison, et de retourner de toute urgence vers la recette originelle", explique le fondateur du groupe Luc V-L.

Il semble donc qu'une partie de l'Humanité ne puisse pas se passer de ce Liptonic-là, celui dont Tom Selleck a pu faire la publicité, il y a fort fort longtemps.

"Dans la grande bouteille avec laquelle on entend ce pschitt très caractéristique"

Sur la page de ce groupe Front de libération du Liptonic, on comprend que la résistance s'organise : certains font des stocks, d'autres signalent qu'il reste encore des canettes avec l'ancienne recette dans tel ou tel magasin, et un internaute propose carrément de relancer la production avec la recette originale, celle qui contient 5,5 morceaux de sucre (alors que la nouvelle recette est allégée en sucre).

Le puriste déguste son Liptonic comme étant enfant chez sa grand-mère. Dans la grande bouteille avec laquelle on entend ce pschitt très caractéristique. Seuls les vrais savent. Resistenza più che mai !

Un jeune Belge avait lancé une pétition, désormais fermée, mais le fondateur du groupe sur Facebook, en majorité corse, a écrit directement à Pepsico pour avoir gain de cause, là aussi sans succès. Chez Pepsico, la firme qui commercialise la boisson, on affirme que la nouvelle recette a bien été testée, et approuvée par un panel ad hoc.

Front de libération du Liptonic
Front de libération du Liptonic / Capture d'écran

Fonder son groupe Facebook, mais rester masqué

Pourquoi tant d'enthousiasme pour une boisson vintage ? Le fondateur, Luc V.L, est cadre dans une entreprise parisienne d'immobilier et de finances, et ne tient pas à faire connaître à sa hiérarchie son nouveau passe-temps. Il n'y passe pourtant pas plus de 20 minutes par jour.  Est-ce si peu avouable ?

C'est qu'on n'a pas l'air très sérieux quand on défend une boisson sucrée...

Comme le dit le chercheur Michael Stora, psychologue et spécialiste des nouvelles technologies, "Facebook ne sert qu'à nous mettre en scène, jusqu'à se créer une identité fictive car fantasmée, un 'faux-soi'. Il s'agit de maquiller la réalité pour ne montrer que ce qui nous met en valeur, avec cet étonnant paradoxe que nous faisons cela tout en étant tenu d'afficher notre vrai prénom, car Facebook lutte activement contre les pseudonymes. Ce n'est plus la téléréalité mais l'Internet-réalité."

Le groupe comporte 70 % de femmes, et on y trouve tous types de profils.

Faire très sérieusement quelque chose qui ne l'est pas du tout

À quoi riment ces engouements pour des causes aussi anecdotiques, en l'occurrence un produit old-school, à l'heure où de nombreux internautes se désabonnent du réseau social ? 

"Liptonic c'est avant tout le sud de la France et la Corse, La France continentale consomme peu de Liptonic, mais dans le sud de la France et en Corse, ça fait 30 ans que cette boisson a du succès. Je ne sais pas pourquoi finalement. Je suis jaune mais pas gilet, et surtout pas ce jaune sur le nouveau design de la canette !", explique Luc V-L. L

Les photos de canettes se multiplient sur la page du groupe du Front de libération du Liptonic, elles viennent s'accumuler ou se noyer, parmi les 350 millions de photos ajoutées chaque jour sur l'ensemble du réseau social.

Mais c'est encore trop peu pour nourrir cette résistance...

"Il faut trouver un compromis intelligent, je ne sais pas s'il faudra une réunion gouvernementale, on a des problèmes de spéculations sur le produit", explique Luc V-L, qui a vraiment décidé de faire très sérieusement quelque chose qui ne l'est pas du tout. Comme quoi Facebook n'a pas encore tué l'humour.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.